L'île Kaseki

Au XXI° siècle, le monde est constitué de Démons, d'Anges, de Vampires et d'Humains vivants sur une île, nommée Kaseki. Un lieu où la paix reste très instable... [Forum soft : Hentai & Violence]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ketsueki Akueikyou
Malédiction Démoniaque
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 6
Armes : Poignard
Pouvoirs : Transformation en chat et bras fantômatiques

MessageSujet: On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)   Jeu 27 Aoû - 21:43

Nous marchions pour se rendre à la ville. Nous avions pris le bateau pour nous rendre sur l'île, mais à présent il nous fallait trouver la ville, un endroit où rester. Sebastian m'avait convaincue de ne pas faire de ravage sur le voyage me disant que même si les humains étaient stupide et insolent, ils étaient en majorité dans ce monde et que nous ne devions faire de scandale. Il avait raison, comme toujours. Après tout, c'était moi la brute d'entre nous deux. Il devait tout de même me comprendre. J'avais faim...je mourrais de faim ! Et toute cette nourriture à ma porté...c'était comme si on me punissais alors que je n'avais fait que survivre. Mais bon. À présent nous étions sur l'île et dans la forêt, mais où était la ville ? Même avec l'intélligence de Laures nous n'avions toujours pas trouvé la civilization. Nous voilà que nous avions trouvé un lac scintillant. Au moins on n'allait pas mourrir de soif.

-Es-tu sûr de savoir où nous allons, Sebastian ?

Je vins m'assoir au bord du lac. Il faisait nuit. La lune était notre seule lumière. Heureusement que l'on pouvait tout deux voir dans la pénombre. J'étais loin de ma nourriture et cela commençait à paraître dans mon caractère. On pouvait presque sentir l'aura autour de moi dire: ''Ne m'agace pas sinon t'es mort...''. Sebastian la reconnaîtrait, ce ne serait pas la première fois qu'il lirait en moi. Il est très bon à ce jeu, alors que moi je restais clôtré dans mon silence.

-Je suis sûre que nous sommes perdue..., soupirais-je. En plus, j'ai faim. Si tu crois pouvoir me convaincre à bouffer des brebis, des chevreuils ou autre animaux dans cette forêt, tu te met le doigt dans l'oeil ! Il n'y a que les faux vampires qui font ça ou des démons désespérés et je ne suis pas désespéré !

Ma patience ne tenait qu'à un fil. Mais je mis a tête entre mes genous pour regagner mon calme. Je savais que Laures n'avait rien fait. Il était à la fois mon ami et mon souffre-douleur où je passais mes sautes d'humeurs. Ça devrait être lui qui pète un cable, mais lui restait toujours calme et serein, c'est pour cette raison que je finissais toujours pas m'excuser.

-Désolé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laures Cian
Archidiable
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 4
Pouvoirs : Passe-muraille. Métamorphose.

MessageSujet: Re: On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)   Ven 28 Aoû - 2:29

Nous marchions depuis quelques temps déjà. Les gens qui nous avaient tenue compagnie sur le bateau s'étaient montrer un peu hostile, mais un simple regard de ma part avait su les faire arrêter de jaser derrière notre dos. Ceò avait su rester cacher sous mon long manteau de cuir noir et ne rien faire qui aurait pu nous gêner tous. Un masacre sur le bateau aurait été un gros problème pour nous deux ou plutôt nous trois, je ne devais pas oublier mon cher Ceò. Durant tout le voyage menant à l'Île, seul un parfait imbécile n'aurait pas pu apercevoir la réticence et l'envie de meutre dans les yeux de ma compagne de voyage et moi je n'étais pas un parfait idiot. Cela faisait presque une heure que j'entendais son estomac crier famine, le mien aussi d'ailleurs, mais je pouvais très bien résister à la tentation. En plus, tout ses humains qui avaient prit place autour de nous, cela avait du être une véritable torture pour elle de voir tout ce buffet à volonté et qu'elle ne pouvait même pas y toucher, ne serait-ce qu'un peu. D'ailleurs, je me demandais bien comment avais-je pu la convainvre de ne pas faire de dégât. Je levai les yeux vers le ciel étoilé et je poussai un soupir mal retenue. Nous n'étions pas complètement perdu, mais je restai sans repère. J'aurais dû acheter cette foutue carte finalement, mais Ceò était partit faire du repérage aux alentours, je n'avais rien à craindre.

- Non j'en suis pas si sûr.

Comment ne pas être honnête avec ma chère Ketsueki. De toute façon, j'étais loin d'être un homme macho, je lui aurais dit la vérité de toute façon. Nous arrivâmes en bordure d'un grand lac dont l'eau devenait argenté à fur et mesure que la pleine lune montait dans le ciel noir aux points brillants, dénué de tout nuage blanc. Je sentais son aura noire l'entourer entièrement, je devais rester prudent. Elle ne m'avait jamais réellement fait de mal physiquement, mais avec elle on pouvait s'attendre à tout. Une véritable bombe à retardement lorsqu'elle était affamé. Au pire, si elle me tuait maintenant, elle aurait de quoi se mettre sous la dent. Cette simple pensée me fit sourire. J'étais certain qu'elle n'était pas rendu au point d'être cannibale, quoique... Ma compagne de voyage délivra enfin le fond de sa pensée et finit par s'asseoir sur le sol, les pieds au-dessus de l'eau miroitante. Non, elle n'était pas encore désespérée, pour le moment du moins. Je la vis enfouir son visage entre ses genoux et tenter de reprendre son calme, se qui sembla faire effet. Malgré tout ça, elle finit tout de même pas s’excuser sans que je n’aille eu le temps de dire quoique se soit. J’émis un soupir amusé et je me suis approché d’elle comme le lion s’approchant de sa brebis. Je retirai mon manteau et je le déposa sur ses épaules.

- Ce n’est rien voyons... aller Mo àlainn, lève toi. Si tu restes là, tu finiras par attraper froid.

Je l’ai aidé à se relever, laissant mon manteau sur ses épaules. Elle connaissait pas vraiment ma langue d’origine. Je lui avais apprit quelques mots ici et là, mais rien de bien concluant. De plus, elle n’avait pas besoin de comprendre ma vieille langue pour deviner que je l’avais complimenter. Mo àlainn signifiait « Ma belle » en gaélique. J’ai tourné la tête en entendant du bruit venant des buissons derrière nous, puis je souris. Ceò revenait parmi nous. Il rampa jusqu’à nous en traçant des « S » dans les herbes vertes. Il s’enroula autour de ma jambe avant de venir prendre sa position habituelle, c’est-à-dire autour de mes épaules. Il laissa tomber un bout de tissus qu’il avait caché dans sa gueule dans le creux de ma main et se mit à siffler à mon oreille. Je fis un petit sourire sadique avant de traduire et résumé le tout à Tsuki en seulement quelques mots qui allaient certainement la faire bouger.

- Une jeune fille à eu la bonne idée de se perdre en forêt.

J’avais murmuré ces mots, pas besoin de les dire à haute voix. La tête de ma Tsuki-chan s’était relevé et je pu très bien apercevoir la lueur d’envie dans ses yeux. Je me suis poussé sur le côté en présentant le chemin à ma compagne de voyage.

- Les dames d’abord Mo daor.

J’ai pointé la direction à emprunté et j’ai souris.

- Allons « secourir » cette pauvre biche égarée. Si tu veux, je pourrais la charmer et ainsi on aura pas à la faire crier, qu’en penses-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Akueikyou
Malédiction Démoniaque
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 6
Armes : Poignard
Pouvoirs : Transformation en chat et bras fantômatiques

MessageSujet: Re: On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)   Ven 28 Aoû - 3:40

Sebastian m'aida à me relever. Je le remercia au passage pour son manteau. Je garda ce dernier sur mes épaules. Je me sentais engourdis. Il me fallait de l'action. Quelque chose à me mettre sous la dent, quelque chose à chasser. Oui, un humain encore chaud...tremblant de peur...l'adrénaline qui coulerait dans ses veines. J'en frissonais d'exitation. Malheureusement, il n'y avait rien à porter de vu. Tout ce chemin pour rien. J'allais mourir de faim alors que je me serais traîné jusqu'ici. Jamais je ne mangerais Laures. Beurk, non ! Je l'appréciais bien, mais de la à le manger. Bien que...s'il n'y avait rien dans les parages, je pourrais toujours refléchir de nouveau à cette question. Mais j'attendrais à être vraiment sur le bord de mourire pour faire un telle chose. Et ce langage étrange ! Pourquoi s'amusait-il à me parler dans une langue dont j'en connaissais que ''je vais t'éttriper'' et ''crève'' ? Enfin, j'imagine que c'était uniquement, car il aimait sa langue maternelle. Lorsque Seb se tourna vers un buisson, je tendis l'oreille et je dégourdis mes bras invisible avant de renifler discrètement les odeurs en espérant que c'était un humain. Dommage, ce n'était que Ceò qui revenait dire bonjour. Je n'avais même pas remarqué son absence.

J'aimais bien ce serpent. J'aimais les serpents en général en faite. Nous avions plus de point en commun qu'aucun humain ne pourrait imaginer. L'agilité, le silence et le poison. J'adorais ce dernier attrait. Lorsque dans un moment de bonheur ou de stupidité j'embrassais un homme ou une femme, il me revenait à choisir s'il allait vivre ou mourire. Ce petit jeu m'amusait beaucoup. Malheureusement, même si j'appréciais la compagnie de Ceò, je n'étais pas heureuse de le voir. J'aurais préféré une personne quelconque en ''danger'' ou encore perdu.

Toujours la tête basse j'observai le serpent sirpenter sur le sol avant de remonter le corps de Laures pour venir reprendre sa place. Il avait offert quelque chose a son maître, mais je ne pu voir ce que c'était. Je regardais mes pieds en écoutant les murmures du serpent. Je n'avais jamais été capable de déchiffrer son langage, cela ne ressemblait pas à du gaélique. Même si je n'étais pas une experte en la langue, je pouvais comprendre aux sons, aux charabia qu'il murmurait. J'arrivais à différencier certaines langues que je ne connaissais comme ça. Alors j'attendis prêtant une oreille attentive. Lorsque je présentis le sourire de Sebastian, je releva la tête brusquement. Il avait véritablement piqué ma curiosité. Lorsqu'il partagea les révélations du serpent, je partageai son sourire. Enfin quelque chose à me mettre sous la dent. Ce n'était pas trop tôt ! Je pouvais déja imaginer plusieurs sorte de pièges que nous pourrions lui tendre...à cette humaine insouciente. Heureusement que les humains possédaient ce défaut, car leur maladresse nous nourrissaient, nous, les démons. Je m'approcha alors de Laures, puis je chercha des yeux le reptile, une fois trouvé je déposai un baiser sur sa tête pleine d'écaille.


-Tu sais que je t'adore, Ceò ? lui murmurais-je en ayant encore mon sourire machiavélique aux lèvres.

Je posai mon regard sur Sébastian.


-Toi aussi, je t'adore, mon mignon.

Je lui fis un clin d'oeil, puis je lui redonna son manteau. je n'en avais plus besoin, maintenant j'étais réveillé et complètement déterminer à attraper cette proie. Je sortis du même mouvement mon poignard et le lècha avant de reprendre le sourire, puis je m'engagea sur le chemin que me présentait Laures.

-Merci bien, Seb.

Mon compagnon me suivis de près. Il était sûrement tout aussi affamé que moi. Il était difficile de découvrir les états d'âmes de mon ami. Il était des plus difficile à déchiffrer, mais je savais que je pouvais avoir confiance en lui. Il m'encouragea d'une phrase alléchante, puis il me fit une préposition. Il avait toujurs était un très bon séducteur et je n'avais jamais mise en doute ses capacités. Je lui souris alors.

-Fais comme tu veux, je te laisserai faire. Ma seule envie est de manger quelque chose ce soir.

J'aurais aussi très bien pu me transformer en chat et faire croire à l'humaine que j'étais blessé. Celle-ci m'aurait alors prise dans ses bras comme toute réaction normal pour cette espèce, puis j'aurais repris mon apparence normal pour la torturer par la suite. Dommage que nous étions non loin de la civilisation, j'aurais bien aimé entendre les cris de notre prochaine victime. Des cris de peur, de douleur. Oui, ça aurait été bon, mais il fallait resté ''caché'' alors je ne pouvais qu'accepter que Laures la charme. Je la prendrait par surprise au cou et mordrais dans sa jugulaire. Ce n'était pas pour rien que les vampire buvaient le sang de cette même partit du système sanguin. Lorsque l'énorme veine explosait dans votre bouche...c'était délicieux. Oui, je lui sauterais à la gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laures Cian
Archidiable
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 4
Pouvoirs : Passe-muraille. Métamorphose.

MessageSujet: Re: On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)   Sam 29 Aoû - 1:08

Je repris mon manteau avec un sourire presque sadique et l’enfilai doucement, dérangeant ainsi Ceò qui s’était confortablement installé sur mes larges épaules détendu. Mon serpent domestique remua la tête en sentant les lèvres pulpeuses de Ketsueki sur sa tête pleine d’écaille. Je l’entendis siffler et j’haussai les épaules, le dérangeant de nouveau dans sa position. J’enfouis mes mains glacés dans les poches de mon manteau de cuir et je me suis permis de pousser un petit soupir remplit de sous-entendues.

- J’ai juste le droit au mignon et au clin d‘oeil? Pourquoi pas au baiser Mo àlainn ?

Bien sûr, je ne faisais que rigoler, quoique les lèvres d’une belle femme ne me feraient pas de mal. Je pourrais peut-être un peu avoir de beau temps avec notre future proie. Ah, mauvais idée, Ketsueki ne se gênera pas de se venger si je l’a fait encore plus longtemps attendre. Comme toute femme, ça patience avec une certaine limite. J’emboîtai son pas maintenant précipité. Il n’y avait presque aucun son dans les bois. J’entendais parfois quelques grillons ou le son d’un hiboux, mais rien de plus. La seule chose qu’on pouvait réellement entendre était le son de nos pas pressés. C’était logique, nous avions faim de chair, elle et moi.

- T’en fais pas Mo àlainn, je te réserverai le plus gros morceau possible!

Je pris mon élan et m’élançai dans les bois à vive allure, laissant ma compagne de voyage derrière moi. Je savais qu’elle arriverait à me suivre. Jamais nous nous étions perdu de vue elle et moi une seule fois dans notre si longue vie. Je poussai les feuilles et les herbes hautes qui se retrouvaient sur mon chemin d’un sec de ma main que j’avais transformé en petit couteau discret. Un petit cri discret suffit à affirmer que je prenais la bonne direction. Cette pauvre biche allait avoir à faire à moi. J’ai sauté par-dessus un énorme rocher et je me suis stabiliser sur l’énorme branche d’un arbre. Si un vampire osait s’en prendre à notre repas, j’allais être sans pitié. Ma colère serait grande, jamais je ne laisserai Ketsueki-chan mourir de faim lorsque nous étions si près du but. Je me suis mit à humer l’air des alentours. Notre proie se rapprochait dangereusement de nous. La pauvre, elle ignorait complètement qu’elle se jetait dans la gueule du loup.

J’eue soudainement une idée. Je descendis de l’arbre sur lequel j’étais perché et atterrit habilement sur le sol. J’utilisai donc mon pouvoir de métamorphose pour rendre mes cheveux bleu clair et mes canines de démon moins pointue. Je vis ma proie passer à travers les buissons, regardant les alentours comme une véritable perdue. Elle ne devait vraiment pas être habitué à être dans cette forêt elle non plus. Lorsqu’elle fut suffisamment avancé, je quittai ma cachette et alla à sa rencontre. Je l’entendis pousser un cri de surprise qui ne fit qu’augmenter mon excitation à la déchirer en morceaux.


- Je vous en pris, ne partez pas demoiselle! Je me suis perdu... Et vous semblez humaine...

Je fais quelques pas vers elle. J’aimais joué l’humain innocent. Beaucoup de femmes aimaient ce genre d’homme. Je me suis approché d’elle à petit pas. Elle semblait déjà me faire confiance, c’était stupide et bien de sa part. Lorsque je fus devant elle, je dû utiliser toute ma force pour m’empêcher de sourire et de garder ma mine inquiète. Je lui pris la main et lui fit un baisemain comme j’avais l’habitude de le faire avec les jolies dames. Je posai ma main droite sur la joue de la demoiselle. Elle se mit à me raconter qu’elle voulait sortir d’ici le plus vite possible et qu’elle avait peur d’être attaqué par des vampires ou pire encore par des démons. J’eu un frisson agréable.

- Oui les démons sont terribles... Si terrible... De véritable monstres... C’est encore pire lorsqu’ils sont affamés hehehe...

J’en pouvais plus et Ceò avait comprit mon ordre silencieux. Il sortit de sa cachette sous les replis de mon manteau et attaqua le cou de ma proie. Celle-ci voulu crier, mais c’était impossible. Le poison de Ceò se répandait dans la gorge et empêchait sa victime de faire le moindre son dit « intelligent » ou tout hurlement.

- Je te laisse le reste Ketsueki. Cette fois-ci, laisse moi le coeur s’il-te-plait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Akueikyou
Malédiction Démoniaque
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 6
Armes : Poignard
Pouvoirs : Transformation en chat et bras fantômatiques

MessageSujet: Re: On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)   Sam 24 Oct - 2:01

Sebastian prenait son air faussement froissé. Je ne pris même pas le temps de lui répondre. Je courrais déja dans la forêt suivant la délectable odeur de la chair, du sang et de la peur. Je ne pouvais attendre tout comme mon compagnon qui me suivit sans hésiter. Même si je courrais à pleine vitesse, Laures courrait plus vite que moi. Il me dépassa sans difficulté et je le laissa faire. Il allait préparer notre nourriture pour qu'elle soit prête pour moi. Il me lança quelque mots par dessus son épaule qui me fit sourire. Mes yeux perçants arrivaient à le suivre dans la nuit, puis lorsqu'il fut hors de vue, j'écouta attentivement. J'entendis le cris. Je souris, puis contourna Sebastian ainsi que la femme. J'observa mon compagnon agir avec intelligence et malice. Ce la m'a étonné lorsque j'ai vu faire Laures. J'étais sûre qu'il allait tenter quelque chose pour assouvir un désir autre que la faim. Je l'avais déja vu faire tout et presque n'importe quoi pour une simple caresse humaine. Il aimait bien jouer avec elles pour ce genre de chose.

Avait-elle vu le frisson parcourir tout le corps de mon compagnon lorsqu'elle parla de démon ? Non ? Moi je l'avais vu ce qui me fit sourire, car je savais qu'il allait bientôt passer à l'action. Je trépignais d'impatience. Je sautais presque sur place. Je frissona à mon tour lorsque j'entendis la voix suave de Laures parler des démons. Lorsque Ceò plongea comme l'éclair sur le cou de la femme je n'arrêtais pas de le revoir dans ma tête au ralentit. Qu'il était grâcieux ce serpent et agile. Lorsque j'entendis le feu vert de Sebastian je ne me fis pas prié. Je bondis en dehors des buissons en poussant un rire à faire glacer le sang. Ma victime se tourna vers moi et eu une expression de peur, de surprise, mais il était trop tard. Je mordis dans son épaule et l'amena au sol. Accroupit comme un chat sur elle, mes dents toujours dans sa chair, j'aspira quelque gorgée de son sang. Ma victime tenta de crier, mais le poison engourdissant de Ceò avait atteind ses cordes vocals. Je lâcha tout de même son épaule et la prit par l'arrière de la nuque pour la redresser. Je l'embrassa alors mordant sa langue, me savourant de son sang. Je finis par lui arraché et je mangea ce morceau plutôt difficile à mastiquer. J'échappa un rire en la voyant gigoter sous moi. Je lui arracha alors les yeux pour les avaler par la suite. Je lui pris un avant-bras, puis me leva fesant quelque pas.


-Elle est à toi, Seb. Régale toi, mon mignon, lui dis-je en souriant machiavéliquement.

De mon côté, la vie des humains existaient que pour être enlever et de la plus cruellement possible. Pour ma part, j'adorais démembrer mes victimes encore vivantes. Le plus amusant était de le faire sans l'aide de Ceò, car leur crit était une mélodie à mes oreilles. J'avala tout ce qui se trouvait sur l'os de l'avant-bras. J'en étais à ronger l'os pour me distraire. Lorsque j'avais une immense faim, il me suffisait de peu pour me remplir. Lorsque je chassais seule, je pouvais donc torturer ma proie avec le reste. Je les laissais toujours vivant, les laissant mourrir dans l'agonie la plus douloureuse.

Le sang avait tâché ma bouche, avait dégouliné sur mes vêtements et avait souillé mes mains. J'imaginais que j'avais l'air d'un animal en rongeant ainsi l'os humains, mais je m'en foutais. J'attendais que Sebastian finisse son repas tant attendu. Je posa mon regard sur lui attendant patiamment. Le ventre remplit, j'étais de nouveau patiente, de bonne humeur et plus facile à vivre, plus compatissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laures Cian
Archidiable
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 4
Pouvoirs : Passe-muraille. Métamorphose.

MessageSujet: Re: On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)   Lun 30 Nov - 1:27

Mes mains tremblaient de satisfaction. Le masacre qui se déroulait devant moi ne faisait qu'augmenter ma faim. Le corps mutilé reposait sur le sol glacé. La vie de la damoiselle la quittait doucement, mais sûrement. Je me léchai les lèvres. Mon ventre commençai à se crisper à la vue de toute cette chair délicieusement attirante et tentante. Finalement, la faim me tenaillait plus que je ne l'aurait cru. Haussant un sourcil lorsqu'elle eu finit avec notre proie, je m'approchai du cadavre d'un pas rapide et plongeai ma main dans la poitrine de la damoiselle afin d'y retirer le coeur tant attendu. N'étais-ce pas la partie du corps humain que je préférais le plus? Je l'approchai de ma bouche avec un sourire ravi avant d'y prendre une bouchée... que je recrachai aussitôt.

- Tch! Cette garce prenait de l'ecstasy! Dégoûtant... Étonnant qu'elle n'est pas morte d'une crise cardiaque lorsqu'elle a posée les yeux sur moi!

Je jetai l'organe de la vie sur le sol regardai ma victime avec une mine déçu. Toutefois, si cette créature humaine prenait de l'ecstasy, elle devait certainement avoir touché à d'autre type de drogues aussi mauvaises les uns que les autres. J'affichai une horrible mine dégouté avant de reculer. Finalement, je préférais attendre à la ville avant de manger quoique se soit. Je préférais la nourriture saine au sang clair plutôt que de la pourriture empoisonné. Je lorgnai de près Ketsueki et poussai un long soupir d'exaspération avant de recommencer à la suivre. Ceò en profita pour revenir s'enrouler autour de mes épaules, comme s'il aurait été mon foulard.

Je m'approchai de ma compagne de voyage avec un bout de chiffon qui traînait dans le fond de ma poche et j'essuyai sa bouche toute dégoulinante de rouge. En bref, elle et moi n'avions pas du tout les même goûts alimentaire. Peut-être étais-je trop difficile?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
On est perdu... ¬¬ (Laures et libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu Dans la forêt(libre)
» J'ai perdu les mots [LIBRE]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Petite virée dans le Canyon [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île Kaseki :: Aux Abords de la Ville :: Forêt :: Lac-
Sauter vers: