L'île Kaseki

Au XXI° siècle, le monde est constitué de Démons, d'Anges, de Vampires et d'Humains vivants sur une île, nommée Kaseki. Un lieu où la paix reste très instable... [Forum soft : Hentai & Violence]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Ven 31 Juil - 18:28

Il suffit d'une semaine pour revisiter toutes ses pensées, et finalement changer d'avis...

Dans les profondeurs de la Terre, dans cette ville uniquement constituée de Démons, avait-on déjà aperçu une femelle humaine seule ? Qu'y plus est, une adoratrice des Anges...
Toute vêtue de blanc, de la tête aux pieds, grâce à une robe de Prêtresse customisée par ses soins : un blanc éclatant qui rappelle la sagesse et la pureté, un tissu d'une finesse, tendresse et douceur inégalée qui cache entièrement son corps, ou presque, jusqu'à ses pieds... Sa tête est bien entendue laissée à l'air libre, mais ce n'est pas tout. Sur chaque manche, un trou dans le tissu. Du côté gauche, une croix classique creusée au niveau de l'épaule et entourée de bords rouge. Du côté droit, un simple trou dans le tissu au niveau de l'avant bras, qui laisse apparaître son tatouage, la croix noire retournée... Enfin, autour de son cou, l'habituel pendentif qu'elle ne quitte jamais.

Sous sa tunique, habillage léger pour lui permettre de bouger avec aisance : juste des sous-vêtements (de couleur indéterminée...). Ajoutons à cela 4 lames extrêmement affutée, 2 placées le long de ses bras, et 2 le long de ses jambes.
Dieu avait parlé à sa conscience, Dentoria allait agir selon les dires de Dieu... ou plutôt, selon ses préceptes de sa propre religion.


Marchant parmi les gravas, la jeune femme se posait des questions. Pourquoi n'y avait-t-il aucun Démon dans les parages, pourquoi personne ne l'avait encore attaquée, pourquoi était-elle venue finalement, ... autant de questions qui obtiendraient des réponses lorsqu'elle aurait trouvé celui qu'elle cherchait. Un certains Jad Kyotsuke, d'après la documentation trouvée de la bibliothèque. Et d'après les images et les textes d'une bible Satanique, il s'agissait bien du dernier Roi des Démons recensé... Que ce soit de la chance ou de la malchance, Dentoria était tombée nez-à-nez avec lui, et elle n'avait encore aucune idée de la raison de sa présence dans cette... ville Démoniaque, c'est bien le cas de le dire.

Derrière, à gauche, à droite... toujours rien. L'humaine marchait parmi les grava, avançait vers ce qu'elle pensait être une habitation habitée. Mais plus elle se rapprochait, plus elle comprenait qu'il n'y avait ici que des ruines. Alors, où aller ?


- Cessez d'observer, et sortez de vos cachettes. Vous ne me faites pas peur, alors ne me faites pas croire que vous n'êtes que des lâches... Votre Roi m'a demandé de venir, alors conduisez moi à lui ou tuez moi. Je n'attend que ça...

C'était terminé, elle ne ferait pas un pas de plus. On l'avait forcé à venir dans ces lieux, et personne ne l'avait accueilli... Dentoria croisa les bras, ferma les yeux, et attendit la suite des événements...


Dernière édition par Dentoria Cyliss le Lun 14 Déc - 1:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Dim 2 Aoû - 13:57

Il l'avait attendu... si longtemps. Il avait envie de la revoir, cette humaine qui avait réussis à l'intriguer. Rare sont ceux qui avaient attirés l'attention du roi des démons, surtout chez les prêtres qui étaient les plus prévisibles. Il était assis, au sommet d'un pic rocheux, dissimulé dans l'ombre, invisible, mis à part ses yeux bleu roi qui flamboyant, dans l'attente. Allait-elle venir ? Ou irait-il la chercher le lendemain, guider par son odeur ? Et finalement, si c'était le cas, est-ce qu'il aurait l'envie de la tuer ? Étrange que le démon se pose de telles questions, surtout pour une humaine.

Mais alors, dans les ruines de l'ancienne ville, une odeur de chair fraîche se mêla au souffre et à la poussière. Aussitôt, il en reconnut la saveur, souriant comme un diable, ses yeux plus flamboyants encore. Il l'aperçut, avançant sur les gravas dans sa robe blanche immaculée, comme préservée des cendres alentours. Il l'observa longtemps, cherchant à lire dans ses yeux s'il y avait de la peur, ou de l'inquiétude. Mais rien de tel. Impressionnant.

Alors, elle s'arrêta brusquement, et hurla, apparemment agacée :


- Cessez d'observer, et sortez de vos cachettes. Vous ne me faites pas peur, alors ne me faites pas croire que vous n'êtes que des lâches... Votre Roi m'a demandé de venir, alors conduisez moi à lui ou tuez moi. Je n'attend que ça...

Le rire de Jad éclata dans l'immense grotte, résonnant partout, le rendant impossible à repérer pour un simple humain. Son rire était presque un rire de folie, mêlé à un ricanement d'enfant. Reprenant son souffle, sa voix résonna à nouveau :

Tu aimes provoquer le mal, même en son centre. Tu es amusante, prêtresse ! Très amusante ! Je suis heureux de voir que tu as bravé la peur de l'inconnu pour venir me voir.

Il sentit l'odeur de ses serviteurs s'approcher de la prêtresse, mais il émit un hurlement démoniaque, à glacer le sang, qui fit faire demi-tour aux autres démons, inférieurs, régit par des instincts primaires. Juste après, il se leva et fit un saut assez grand pour être à proximité de la prêtresse à son atterrissage. Il se redressa et l'observa un moment.

Il était habillé de son habituelle chemise grise, de son pantalon sombre et de ses chaussures d'été. Loin d'être aussi pur que la prêtresse, il traduisait cette tenue comme l'indifférence qu'il a sur le monde autour de lui, sachant lui-même ce qu'il valait derrière cette teinte ni noire, ni blanche. Ses longs cheveux tombaient sur ses hanches, lâchés et totalement lisses.

Il s'approcha de l'humaine, une main sur la hanche, l'autre balançant d'avant en arrière. Totalement détendu, il n'avait pas vraiment l'attitude de l'habituel prédateur. Il s'arrêta à quelques centimètres d'elle, à peine. Il l'observait, ses yeux bleu ne flamboyants plus, un sourire énigmatique sur les lèvres.


Si madame veut bien se donner la peine.

Il tendit son bras, comme pour l'inciter à la prendre.

Il sera malvenu que mon invité se fasse dévorer par mes "concitoyens". Venez, je vais vous conduire dans ma demeure : vous y serez en sécurité. Et si cela peut vous rassurer, je n'ai jamais manqué à ma parole, et quand je dis que vous repartirez en un seul morceau, c'est une parole d'honneur.

Il laissa la prêtresse prendre sa décision, puis commença à avancer en direction du building, sa propriété. Immense immeuble dominant les lieux, pourtant dissimulé dans le noirs du lieux, il semblait être un bâtiment mort, mais uniquement parce que le démon aimait la pénombre.

Il engagea doucement la conversation avec la prêtresse, en parfait gentleman... ou presque :


Je craignais que vous ne veniez pas, et que je sois obliger de vous rechercher... pour mettre en application ce que je vous avais dis. Je suis vraiment heureux de voir qu'il existe des humains qui savent répondre à l'appel du mal, sans pour autant y être attiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mer 5 Aoû - 13:35

Pour commencer, non, une Prêtresse n'accepterait jamais d'effleurer la main d'un Démon, aussi sincère soit-il dans ses intentions. En fait, elle ne bougerait même pas pour le moment, les paroles de Jad l'ayant sérieusement perturbée...

- Qu'est-ce que c'est que ça... ?

Un soupçon d'incompréhension, d'incertitude, de moquerie et de reproche trahissait sa voix. Dentoria s'était attendue à beaucoup de chose, mais là... c'était sans doute trop. Trop différent de la dernière fois...
Un instant, un doute parcouru son esprit : le roi des Démons se déplacerait-il vraiment en personne pour la rencontrer ? Était-il possible que ce ne soit qu'un... double ? Une créature capable de transformation qui voudrait la tromper en prenant l'apparence de l'ennemi numéro 1 ? D'après le comportement, cela ne faisait aucun doute, mais... mieux valait ne pas trop le soupçonner...


- Qui êtes-vous ? La même personne que l'autre fois ? Une créature de l'enfer, vraiment ? Ce qui se passe...

Elle bougea la tête à droite et à gauche, ne sachant pas réellement à quoi s'attendre. Sur le moment, sa plus grande crainte était de se faire embobiner par un autre Démon... qui pourrait en profiter pour faire ce qu'il voudrait d'elle. Des choses qui pourraient se révéler pires que la mort... Bien que la mort ne soit pas un événement tragique, au contraire.
Inutile de prendre des gants, il fallait attaquer immédiatement la source...


- … est extrêmement confus... voir douteux. Cette façon de parler n'est pas celle d'un Démon... Malvenu... sécurité... rassurer... honneur... craindre... c'est quoi tout ça ? Une plaisanterie ? Ça ne m'étonnerais pas, les Démons sont d'un sadisme... d'ailleurs...

Ensuite, ne pas attendre d'avantage... il fallait prendre le dessus sans tarder, sans le laisser en placer une. Le dernière fois, la prêtresse n'avait eu aucune préparation pour ses différents discours. Cette fois, ce serait différent... diamétralement opposé.

- Je serais en sécurité dans la demeure de l'être le plus maléfique du monde ? Je ne vois pas comment vous pouvez essayer de me faire croire de telles inepties...

Un sourire se dessina sur ses lèvres. Cet endroit était effrayant... se savoir en pleine zone ennemie n'avait rien de rassurant... et cet homme, mais si elle tentait de le nier, inspirait la crainte. Mais elle parvint à sourire, et presque à se sentir soulagée... cet instant ne dura qu'une dizaine de secondes, mais le moral et l'esprit combatif remontèrent en flèche.
La jeune femme jeta un nouveau coup d'œil aux alentours, puis commença à avancer vers Jad, pour la première fois depuis que le Démon était apparu devant elle.


- Mais tout cela n'explique toujours pas ce que je suis venue faire ici... Majesté.

Un dernier mot prononcé avec insistance. Comme si elle se moquait de sa place au sein de la hiérarchie. Était-ce vraiment le Roi des Démons ? Inutile de douter plus longtemps là-dessus. Il était un Démon, et cela, s'était suffisant. Dès qu'il aurait un instant de faiblesse, elle le détruirait sans sommation, avec l'une de ses quatre lame.
Normalement... il suffit de faire comme dans les films...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mer 5 Aoû - 19:25

Il ne fut pas longtemps à la prêtresse pour craquer : elle était tout de même très prévisible. Quand tout ce qu'elle avait sur le coeur éclata, le démon ne montra aucun signe de surprise, continuant à avancer, restant à ses côtés, bien que distant vu l'attitude de la femme. Elle se montrait violente, aggressive même, dans ses propos. Sa façon de parlait déçu tout de même le démon, qui, sur le coup, se demanda s'il ne s'était pas trompé sur elle, sans en laisser paraître la moindre apparence.

Quand elle insista sur son titre, Jad s'arrêta net. Il laissa un moment de flottement, puis tourna des yeux flambants vers elle. Se mèche dissimulant ses yeux se soulevèrent d'eux même, l'aura noire du démon prenant de l'ampleur. Sa voix résonna comme celui d'un monstre : grave et caverneuse, résonnante avec les parois rocheuses du lieu où ils se tenaient. Cependant, la voix du démon était calme, presque monocorde et inaltéré par une quelconque émotion :


Si j'avais voulus te tuer, prêtresse, si je t'avais voulu du mal, crois-tu que je t'aurais épargné, durant le soir de notre rencontre ? Tu n'aurais même pas compris ce qu'il se serait passé, derrière tes poubelles "protectrices", si, durant un instant, j'aurais eu l'envie de t'égorger et de te dévorer.

L'aura se dissipa soudainement, s'évaporant du corps du roi, tandis que ses yeux reprenaient une apparence humaine derrière leurs mèches noires. Il se tourna à nouveau vers le building et se remit à avancer, attendant cependant que la prêtresse daigne le suivre. Il répondit, reprenant sa voix naturellement "enjouée".

En ces lieux, je ne permets de tuer que les humaines qui sont entrés sans autorisation. En l'occurrence, tu es une invitée, alors tu n'as rien à craindre de ceux qui nous entourent actuellement. De plus, je n'ai pas l'intention de te faire du mal, aussi impossible cela puisse te paraître : je ne suis pas une boule de meurtre en série.

Il remit en place quelques cheveux qui n'étaient pas à leur place, après la décharge d'énergie qu'il laissa transparaître, continuant son discours.

Les démons... tu en as rencontré dix ou douze dans ta vie, au maximum. Et en général, cela devait être des inférieurs, de simples bêtes stupides, bornées à leur pensée perverse de prédateur sanguinaire. Alors, dire que les démons sont sadiques... c'est une ineptie, pardonne-moi ces propos.

Il laissa échapper un léger ricanement, marque d'une légère moquerie qu'il se permettait devant l'agressivité de son invité de marque. Il se repris rapidement, avant de se tourner vers elle :

Je suis bel et bien le Roi des Démons. Je suis leur souverain, et c'est pour cette raison qu'aucun d'entre ceux qui souhaitaient... t'accueillir ne sont pas apparu. Si je n'étais pas venue te recevoir, tu serais morte, à l'heure qu'il est. Et je voulais éviter cela... pour cette nuit, en tout cas. Et pour finir...

Ils étaient arrivés au building. La grande porte principale était gardée par deux femmes : une humaine et une vampire, stoïque comme des piquets, observant le roi des démons avec un sourire. Il poussa la porte, se mettant sur le côté pour laisser entrer la prêtresse en première, ajoutant :

Sache que mon prédécesseur était bien plus horrible que moi...

Il laissa ainsi avancer la prêtresse dans une grande salle d'accueil éclairée, comme dans certaines grandes entreprise, mais vide à cette différence près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Lun 10 Aoû - 1:15

A l'évidence, le roi des Démon venait de gagner... déjà. La prêtresse s'en trouvait touchée au plus profond d'elle-même, là où habituellement, rien ne peut passer. Pour ce qui est des discours, elle venait de trouver plus fort qu'elle : une personne ayant la voix, l'âme, le physique, la connaissance et la puissance... difficile de rivaliser.

Entrant à peine dans la pièce vide et sans rien demander à son propriétaire, elle avança jusqu'à un mur et s'y adossa. Elle ne manqua pas de se cogner la tête assez violemment de manière involontaire... Tête baissée, elle grimaça et se massa un instant...

Tout cela était-il une question de politesse... ? Dieu n'a jamais demandé aux humains de tuer les Démons, ni de les détester. Mais inconsciemment, Dentoria savait qu'il fallait les éliminer, parce qu'ils tuaient à tord et à travers... Et voilà que leur roi disait que ceux de son espèce n'étaient finalement pas si meurtrier.
Même si elle savait qu'elle ne pouvait pas rivaliser, Dentoria allait continuer à discuter avec lui. Pour le tester dirons nous... De l'extérieur, la jeune femme paraissait cependant moins hargneuse, plus consternée et dépitée. Elle s'assit là, contre ce mur... et s'avouait comme vaincue.


- Puisque vous me le rappelez... Cette nuit, il y a une semaine... n'avez-vous pas tué une humaine par plaisir... ? Juste devant le visage d'une autre humaine... ? Vous n'êtes peut-être pas aussi horrible que je pourrais le penser, mais...

Une grande partie de sa hargne avait disparue. Sa voix traduisaient quelques unes de ses émotions, notamment la crainte. Elle ne lui parlait plus en l'insultant, mais ressentait toujours cette haine envers lui... Le tuer restait sa priorité. Mais rien qu'en essayant, c'est comme si elle signait sa propre mort.

- … vous n'avez rien d'un saint. Qui sait... peut-être que vous êtes en train de jouer avec moi. Je ne suis pas dans votre tête...

Dentoria releva la tête et regarda Jad. C'était un Démon. Moins terrible que son prédécesseur, disait-il. Qu'est-ce qu'un Démon moins terrible qu'un Démon... ?
Le contenu de ses phrases cachait peut-être quelque chose. Jusqu'ici, la Prêtresse avait tout emmagasiné dans sa tête... Il avait parlé de repartir en un seul morceau, sans préciser si ce morceau serait mort ou vivant. Il avait aussi parlé de cette nuit...


- Je ne vais pas mourir cette nuit, dîtes-vous. Dois-je conclure que je vais rester toute la nuit dans cet endroit ? Et, à nouveau, qui sait... vous allez peut-être me garder enfermée ici pour l'éternité.

Il jouait avec elle. Sinon, pourquoi tout ça ? L'avoir provoquée la dernière fois, avoir tué une humaine devant ses yeux, lui demander de venir dans son royaume, l'inviter chez lui... Une succession d'événements incohérents, cachant habillement la vérité. Est-ce qu'il tentait lui aussi de se faire passer pour un gentil ? De voir si ses capacités d'argumentations pouvaient même convaincre une Prêtresse du monde humain ? Oui, cela marchait un peu... pour le moment... mais ça n'irait pas beaucoup plus loin, ça, jamais.

- Alors... pour la troisième fois, je vous repose la question. Vous allez peut-être finir par me dire ce que je viens faire ici ? Passer du bon temps ? M'amuser... ?

Elle se releva, s'approcha de lui, croisa les bras, leva la tête et le regarda droit dans les yeux. Pas par défis... Cela n'avait rien de provocateur. Juste un geste tout naturel. D'ailleurs... elle même ne savait pas trop pourquoi elle venait de se lever, d'un coup. Les aléas du présent, sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mer 12 Aoû - 14:55

Jad laissa rentrer la prêtresse. Il avait tout de suite compris qu'il avait eu l'avantage sur elle. Aucune réponse violente ou désagréable, rien qu'un silence qui laissait entendre qu'elle avait compris, et qu'elle avait finalement écouté le démon. Il afficha un léger sourire et entra doucement, pour arriver dans son hall, vide de toute vie autre que celle de le prêtresse.

Elle le questionna sur le soir de leur rencontre, et sur la jeune femme. Elle enfonça les portes ouvertes, avec son histoire de jeu. Le démon s'en amusa, alors qu'elle tenta de noter un point important dans sa phrase : elle n'allait pas mourir ce soir, donc il allait la garder emprisonner. Stupide et sans aucun sens, pour lui. Quelle idée se faisait-elle des démons, finalement ?

Alors qu'elle finissait sa phrase, une autre présence se fit sentir, dans les ténèbres. Sortant de derrière le poteau, une petite fille, le regard vide, portant des habilles aussi rouge que ses cheveux, se dévoila. Elle observa Jad et son invité, avant de dire, d'une voix dénué de toute expression :


Qui est-elle ?

Jad s'approcha d'elle, un léger sourire aux lèvres, puis lui passa une main dans les cheveux, lui répondant :

C'est une invité. Tu te rappelles ce que je t'ai dis, par rapport aux invités, n'est-ce pas ?

La jeune fille haussa les épaules, puis fit demi-tour et disparut à nouveau vers le fond de l'immeuble. Le démon se tourna vers Dentoria, toujours souriant, et répondit sans prendre la peine de s'expliquer sur la présence de cet "enfant" ici.

Oui, nous n'avons rien de saints, nous autre démon. Pour autant, nous ne sommes des monstres que parce qu'on vous l'a dis. Vous devez connaître l'adage du "On ne retient des batailles que ce qu'en disent les victorieux", non ? Pour simplifier, ce que vous avez entendu sur nous est souvent "déformé" pour nous rendre plus odieux et plus monstrueux.

Il se mit dans un des fauteuils, normalement reservé aux invités attendant la venu de leur hôte, et continua :

Si je vous ai amené ici, c'est pour vous ouvrir un peu plus les yeux sur la nature des démons "supérieurs", et non pas les animaux qui forment la caste la plus répandu dans ce monde, malheureusement. Nous avons depuis longtemps dépassé ce stade, et à l'image des hommes qui assassines les criminels et autres semblables dangereux, nous ne nous privons pas de nous débarrasser de ces troubles-fêtes.

Il observa la prêtresse et déclara, un sourire aux lèvres :

Peut-être allez-vous nous haïr d'avantage, ou peut-être qu'au contraire, vous prendrez pitié de nos pauvres carcasse... peu m'importe, à vrai dire : vous êtes une humaine qui semblez pouvoir comprendre ce que nous sommes réellement. C'est pour cela que je vous ai invité ici. Nous tuez... ce n'est que justice, après tout : nous tuons vos semblables pour vous nourrir. A l'image d'une ruche attaquée par un ours, vous êtes l'abeille qui tenter de protéger ses semblables de l'ours... Mais la question est ...

Il se pencha en avant. Dans ses yeux, on lisait de l'amusement, et une attente de la part de l'humaine. Sa voix résonna dans la pièce vide, comme pour pousser chacun de ses mots dans l'esprit de la prêtresse

Que pensez-vous de l'ours, quand il attaque votre ruche ? Pourquoi tuons-nous, selon vous ? Pourquoi sommes-nous si "odieux" envers les humains, lorsque nous nous nourrissons de leur chair ? Et pourquoi, comparé à vos autres prédateurs, comme les fauves ou les requins, vous menez une "croisade" contre nous ?

Il la regarda longuement, prêt à entendre ses réponses. Il voulait comprendre ce qu'avait en tête la prêtresse. Peut-être que cela ne lui plairait pas, mais au moins, elle aurait été honnête pour le restant de ses jours. Il préféra laisser sous silence son intentions de la garder ou non entre quatre murs, savourant la pression que cela pouvait mettre dans le coeur de l'humaine sans doute habituer à la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Sam 15 Aoû - 19:14

Toujours debout près de l'entrée, la prêtresse avait le regard dirigé vers le Démon. Et plus elle l'écoutait, plus elle semblait surprise... Voilà que Jad voulait la convaincre qu'il n'agissait pas plus mal que des humains. Et en plus, il se mettait à la questionner... Le roi des Démons posait des questions à une humaine. Vraiment... quelle journée étrange...

- Alors, je ne suis ici que pour parler ?

Elle ne put s'empêcher de pouffer de rire. Étrange situation que d'être pris au piège, s'en rendre compte, mais ne pas en tenir compte... Mais à quoi bon stresser ou se laisser entacher par la peur ? Autant rester lucide, le plus possible.

- Veuillez excuser ce manque de respect, mais pour moi, cela veut dire beaucoup. Nous aurions parfaitement pu converser dans cette rue, l'autre soir... mais non, c'est ici que nous le faisons.

Inutile d'en dire d'avantage, le Démon l'avait sûrement comprise.
Dentoria se déplaça un peu dans la salle, avant de répondre à ses questions. Peut-être à cause de l'hésitation, de la peur de ne pas connaître l'endroit ou d'une tout autre peur... La petite fille aussi lui donnait à réfléchir.

La décision qu'elle prit était un peu stupide et déraisonnable, quoique... Du moment qu'elle parvenait à se contrôler, Jad ne lui ferait rien... pas encore... peut-être. La prêtresse avança un peu vers lui et se pencha en avant...


- En somme, vous voulez savoir ce que je pense des démons de votre genre... très bien. Laissez moi continuer sur votre exemple. Premièrement, des animaux qui se font attaquer ont deux solutions : s'enfuir ou se défendre. Comme des abeilles, ceux de mon espèce ont décidé de piquer l'ours avec leur arme... cependant, ça ne lui fait absolument rien tellement la différence est grande, taille et puissance. Pourtant, les abeilles ne se laissent pas faire sans combattre...

Assez rapidement pour une débutante, Dentoria releva le bas de sa robe de Prêtresse, et sortit les deux lames qu'elle pointa vers le Démon. Les armes n'étaient à quelques centimètres de son cou, mais le visage de l'humaine laissait présager qu'elle n'allait rien lui faire... ce n'était que l'illustration de ses propos. D'ailleurs, elle en lâcha bientôt une sur le sol, ramena l'autre devant ses yeux, et continua ses réponses.

- Deuxièmement, je crois que vous tuez les humains par plaisir... ou pour bouffer, si c'est le terme que vous préférez employer. Je me mets à la place d'un Démon, un instant... Ces humains sont des créatures faibles qui, pour la plupart, ne savent pas différencier les autres humains des Démons. Alors, avant de les tuer, pourquoi ne pas les séduire, les tromper, et ainsi nous assurer que nous sommes bien plus intelligent qu'eux ? Oh, et puis, ce n'est qu'un jeu... Nous sommes plus fort, et nous le démontrons.

L'humaine posa son regard à nouveau sur le roi des démons, et mima le geste de se trancher la gorge. Serrant un peu trop fort la lame, elle parvient à s'écorcher elle-même la paume de la main... Mais bon, après tout, elle n'est pas née pour être guerrière...

- Les Hommes étaient les prédateurs numéro 1 sur Terre. Ils n'avaient plus rien à craindre des fauves, parce qu'ils avaient construit des villes protégées... Puis, vous êtes venu et êtes facilement devenu les tueurs les plus sanguinaires que la Terre ait connu. Pour vous, nous ne sommes que des animaux comme les autres... des poussins, des moutons, ou n'importe quoi d'autre que les humains cultivent. Vous tuez des humains à la chaine pour vous nourrir, ou les placez dans des cages pour vous en délecter. Mais, à la différence des autres animaux, nous avons conscience de ce que vous faites... et qu'il faut vous combattre pour nous protéger.

Terminé... pour ces réponses en tout cas. Avait-il tout bien saisi ? Ce n'était pas son problème... Il ne restait plus qu'une dernière chose à régler, histoire de faire monter la pression. Enfin, elle n'aurait pas voulu se montrer aussi désobligeante. D'ailleurs, elle ne s'en rendit même pas compte...

- Charmante votre fille...

Elle posa sa lame contre son épaule, puis mima quelques gestes maladroits de découpe... En fait, elle venait de commettre une erreur. Sa phrase reflétait ses véritables pensées, alors que son geste résultait d'une pensée différente. Jamais elle ne ferait de mal à une gamine, aussi Démone soit-elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Dim 16 Aoû - 2:29

Jad acquiesca quand elle demanda si elle était ici pour parler uniquement. Il croisa les bras et l'écouta d'abord parler de l'autre soir. Jad ne put s'empêcher de pouffer de rire et de sourire, en répondant :

Dans l'état dans lequel vous et moi nous trouvions, difficile pour l'un et pour l'autre de discuter de quoique ce soit, je pense : entre moi, qui était resté sur ma faim, et vous, qui avez vu une d'entre vous être tué... difficile de poser une ambiance de discussion. Mais je vous en prie, continuez.

Puis, assis confortablement, il l'observa, écoutant chacune de ses paroles. Ne sentant pas d'aura meurtrière émaner d'elle, Jad n'eut aucun geste de défense lorsqu'elle plaça la lame juste sous sa gorge. Plus Jad l'écoutait, plus il semblait fasciné par ses paroles. On aurait pus croire, à la façon dont il regardait la prêtresse, qu'il était tombé amoureux d'elle, mais il n'en était rien : il était subjugué par la clarté d'esprit de la demoiselle qui, il pensait, l'aurait tué quand l'occasion se serait présenté.

Jad ferma un instant les yeux lorsqu'elle eut terminée, écoutant sa dernière remarque sur sa "fille" qui le fit d'avantage sourire. Il tapa sur le sol d'un coup sec, soulevant la lame tombée par terre qu'il rattrappa en l'air, l'amenant calmement jusqu'à lui. Il jongla négligement avec, soupirant d'un certain soulagement :


Pendant des siècles, j'ai demandé à des prêtres et des prêtresses, moines, religieux de toute espèce, la même question que je vous ais posé. Et en des siècles et des siècles d'attente, enfin une personne fut capable de répondre correctement... même de répondre tout court. Soit il me disait d'un ton sec "vous êtes le mal incarné, et je n'ai pas peur de vous", soit il rester stoïque devant moi, incapable même de m'expliquer la raison de la chasse aux démons qu'il y avait en ces terres.

Il la lança en l'air, de manière à ce qu'elle retombe doucement entre les mains de sa propriétaire. Il se leva doucement et se réajusta les cheveux rapidement, souriant :

Et oui, vous n'êtes pas la première humaine éprise de justice que j'amène entre ses murs uniquement pour discuter. Cependant, vous êtes la première qui n'a pas éclaté de colère face à mes questions, ou éclaté en larmes à peine la première énoncée. C'est en cela que je pense que vous ne mourrez pas ce soir, pas ici, pas de ma main.

Il ferma un instant les yeux et continua :

Merci pour votre compliment : Rivers, bien qu'elle n'est pas ma "fille", mais mon garde du corps, m'est très cher. C'est une fille gentille, bien qu'un peu "excessive"... elle représente bien le genre de démon que vous pourriez tuer, si elle n'était pas si mignonne, n'est-ce pas ? Une vrai démone, pire que moi, mais tellement douce, et aimable... et très tête en l'air.

Il émit un léger rire, proche d'un père face aux petites bêtises de sa fille. Il continua, invitant la demoiselle à le suivre vers les ascenseurs. Les mains dans le dos, il demanda par la suite :

Maintenant, la question se pose : nous sommes le mal incarné pour vous, êtres humains, parce que nous vous tuons, chassons, et... nous "amusons" de ces meurtres ? Ou parce que, comparé aux renards que les nobles et rois de l'époque chassaient, vous êtes conscients que nous sommes "dangereux" ?

Il tourna ses yeux vers elle, continuant à avancer et manquant de se prendre un des poteaux :

N'est-ce pas hypocrite que de vouloir tuer ce que vous considérez comme maléfique, quelqu'un qui ne fais que reproduire ce que vous faîtes à vos semblables ?

Il souria d'avantage, celui-ci devenant plus sadique, plus "méchant" :

Les chasses aux sorciers, l'esclavage des noirs, la guerre mondial, les holocaustes, les génocides, la destruction de sa propre planète,... Les humains sont maléfiques, et ils font parfois plus de meurtre que nous lors d'une chasse. Vous preniez aussi plaisir à faire du mal, et vous y prenez encore... vous prêtresse, en tuant les démons, vous assouvissez aussi vos pulsions de vengeances. Combien en ais-je entendu me chasser parce qu'un démon a tué sa mère, son père ou toute sa famille... Si cela avait été un blanc, auriez-vous tué vos semblables blanc ? Les noirs si ça avait été des noirs ? Je trouve cela tellement hypocrite de parler de mission "sainte", uniquement pour satisfaire une vengeance... et c'est tellement humain, ce genre de chose.

Jad s'arrêta devant l'ascenseur qu'il appela, profitant de cet arrêt pour la regarder et ajouter :

Nous, démons, sommes tellement moins borné à ce genre de limite : oui, vous êtes faibles, mais ce n'est pas pour cela que nous prenons plaisir à vous tuer. C'est uniquement parce que vous êtes hypocrite sur vous même, et que de ce fait, nous prenons plaisir à vous remettre à votre place, avant de nous nourrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mer 19 Aoû - 1:55

Ses deux lames de retour dans ses mains, Dentoria suivit le Démon jusqu'aux portes de l'ascenseur. Sachant que celui-ci pourrait mettre du temps avant d'arriver, l'humaine s'adossa au muret et leva la tête vers le visage de son ennemi. Tout de même... le Roi des Démons à portée de lame... toute une histoire impensable.
L'ayant attentivement écouté, elle s'était sentie de moins en moins à l'aise. Dentoria se retrouvait dans une toute autre situation... Elle qui pensait devoir défendre son statut de prêtresse, venait de comprendre qu'en fait, le Roi des Démons voulait la questionner sur son humanité. Il était difficile de devoir supporter tous les méfaits qu'avaient accomplis tous ces stupides humains avant elle... mais ainsi la voyait Jad, et ainsi devait-elle se voir elle-même pour répondre au mieux.


- Je ne pense pas être très représentative de la race humaine... Mais soit...

Qu'importe, puisque le Roi des Démons l'avait choisi elle. Jad devait sans aucun doute connaître la hiérarchie humaine et son fonctionnement, et qui sait, il avait peut-être déjà discuté avec l'actuel Maire de Kaseki... Dentoria avait simplement attisé sa curiosité en lui adressant la parole.

- Une information complémentaire, même si je me dévoile... je n'ai encore jamais tué de Démon. Mon parcours n'a absolument rien à voir avec une vengeance quelconque, prenez cela plutôt comme un dévouement absolu... Certains humains choisissent de se rallier à Dieu, d'autres au... Diable. Et voyez : je fais la guerre aux Démons, d'autres font la guerre entre eux. Bien entendu, je ne nie pas avoir grandement envie de tuer un Démon, et pourquoi pas aujourd'hui même dans un ascenseur... mais mon compteur est encore bloqué sur zéro. Je ne suis pas venue sur Terre dans ce but, et je n'en ai sûrement pas les capacités. Mais, quitte à vouloir aider Dieu... autant tenter, c'est ce que je me dis.

Depuis un moment maintenant, elle le menaçait ouvertement... Si elle ne baissait pas d'un ton, c'est parce que paradoxalement, cela semblait plaire au Démon. Autant qu'ils puissent s'en amuser tout les deux en même temps...

- Vous savez... un animal peut bien tuer un humain. Personnellement, ça ne me fait ni chaud ni froid. Les animaux sont en droit de se défendre... ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'ils en mourront ensuite. Ceux qui s'en prennent aux humains sont condamnés à être haï et pourchassés. Mais, je dois avouer que même si vous n'attaquiez pas les humains, vous ne seriez pas les bienvenus...

Dentoria baissa la tête. Sur le coup, elle avait honte d'être humaine... mais ce n'est pas parce que ses idées sont différentes qu'elle ne fait pas partie de cette race. C'est bien dommage d'ailleurs, de ne pas pouvoir changer de race aussi facilement qu'on change de religion...
Et pouf, je deviens Ange et plus aucune question ne se pose... s'imagina-t-elle dans son scénario rocambolesque.


- Pour en revenir aux guerres entre les Hommes... oui, elles sont stupides. Entre les peuples, nous ne nous comprenons même pas. Mais, contrairement à vous qui écoutez le... Diable... nous avons le choix. Enfin, l'illusion du choix devrais-je dire... nous pouvons choisir entre plusieurs concurrents à la direction de notre île et de nos pays...

Et là, pendant plusieurs secondes, elle se mit à rêvasser. Son plus grand rêve : avoir pour Maire quelqu'un d'intelligent qui pourrait tenter de réparer les problèmes en humains, et avec toutes les autres races par la même occasion. Une personne qui serait sage d'esprit, qui aurait des idées nouvelles et structurées, et qui ferait passer son devoir avant sa propre personne.
Un court instant, elle prit la place dans son esprit et dans son discours...


- Si c'était possible, je vous donnerais des parcelles de terrains pour que vous nous fichiez la paix... mais je ne suis pas dirigeante. Un humain dirigeant ne vous laisserait pas faire pour ne pas passer pour un faible et ne pas perdre sa dignité... oui, il est stupide. Moi, je ne m'en remet pas aux ordres de l'humain, mais à ceux du Dieu qui a envoyé des Anges pour vous combattre. Soit, il veut que vous soyez anéantis, je le suis dans son raisonnement... parce que Dieu n'est ni humain, ni stupide...

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent à ce moment précis. N'étant pas encore invitée à monter, Dentoria entra dans la petite pièce, s'avança dans un coin et se retourna. Son regard n'osa pas affronter celui du Démon, mais ce n'est pas pour autant qu'elle montrait une faiblesse sur son visage.
Deux lames entre les mains et une pièce très petite dans laquelle il est difficile d'esquiver...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mer 19 Aoû - 13:05

Jad l'écouta attentivement, toujours avec ce même amusement. Ses remarques étaient de plus en plus pertinentes, c'était vraiment quelque chose. Et ses menaces, plus qu'ouvertes, l'amusaient tout autant. Dans un coin de sa tête, il se disait : "Vas-y, tente, ma petite prêtresse, et j'aurai alors de bonnes raisons de te faire découvrir ce qu'est la peur et la douleur." Bien entendu, il ne laissait rien transparaître sur son visage, et continua d'écouter l'humaine, avec un certain intérêt.

Elle attaqua alors un sujet sensible : la présence des démons qui ne serait pas accepté, même si ils étaient "pacifistes". Il se tourna légèrement vers elle, pour mieux lui montrer son attention. Il ricanait, toujours un peu plus, ne pouvant se retenir de voir qu'elle en savait si peu. Surtout sur le Diable... et surtout sur Dieu. Il essuya une larmichette de rictus hilare, et repris une respiration normal.


Vous qui suivez aveuglément un être que vous n'avez jamais vu, jamais entendu, c'est à se demander si vous êtes hypocrite ou simplement stupide... mais j'ai le sentiment que ce n'est ni l'un, ni l'autre.

L'ascenseur s'ouvrit, il invita l'humaine à passer en première, puis la suivit, ne lui tournant pas le dos pour autant : non pas par peur d'une attaque, mais simplement pour lui parler plus convenablement. Il appuya sur le plus haut étage, ses appartements privés. Durant le trajet verticale, il repris ses propos :

Vous parlez du Diable, mais que savez-vous de lui ? Que connaissez-vous de celui qui s'est rebellé contre Dieu ? L'avez-vous déjà vu, ou entendu, lui aussi, pour savoir ce qu'il est ? Vous ignorez tellement de chose sur lui que lorsque vous dîtes quelque chose, ce n'est que pur non sens, des phrases sans queue ni tête. Nous écoutons le Diable, soit disant ? Ne me faîtes pas rire : si j'avais écouté le Diable, je n'aurais jamais été à ma place actuelle dans notre hiérarchie, et je n'aurai pas une telle influence. Cependant, il y a des point sur lesquels nous l'écoutons, et soyez-en heureuse, car si nous ne l'écoutions pas, mais écoutions plutôt notre soif de chair, la race humaine aurait depuis des années disparus.

Il croisa les bras, défendant sa position avec un sourire farceur qui restait pourtant d'un sérieux imperturbable.

Et Dieu, alors... le Dieu, s'il n'en existe qu'un, n'est pas stupide ? Dans toutes les religions, c'est à cause d'une erreur de Dieu que les hommes en sont réduits à ce qu'ils sont aujourd'hui : Dieu est idiot car, dès le moment où il a créé les humains, il a créé la mort et la destruction. Au moment même où Dieu créa les Anges, il créa Lucifer. Vous connaissez pourtant l'histoire de cet être : Ange, il se rebella contre son maître, et il fut déchu pour cette trahison. S'il avait été intelligent, il aurait vu que son Ange favoris allait devenir "maléfique", mais trop imbue de sa personne, et trop fier de ses créations, il ne tenta pas un instant de le voir.

Il observa l'indicateur d'étage : ils avaient encore le temps de papoter un peu. Il se retourna vers elle, et continua :

Maintenant, vous croyez que nous n'avons pas le choix ? Si nous voulons, nous pouvons mourir : le suicide n'est pas un crime, chez nous, démons. D'ailleurs, beaucoup de ceux qui étaient humains avant le font par désespoir, ou par colère. Parfois, certains d'entre nous le font par amusement, voir ce qu'il y a après.

Dieu a envoyé les Anges pour nous tuer... c'est encore plus idiot que d'avoir créé les humains. Bien que puissants, les Anges sont corruptibles : vous n'imaginez pas le nombre de démons ailés qui sont créé chaque jours parce que Dieu veut accomplir son génocide. Meurtre, meurtre et encore meurtre de ses enfants. Car après tout, nous sommes les enfants du Diable, donc nous sommes, quelque part, des enfants de Dieu. Et que fais Dieu, lorsqu'un de ses enfants fais une bêtise ? Il le tue, sans espoir d'absolution. Croyez-vous qu'un Ange nous donnera l'occasion de nous "sauver" ? Non, bien sûr, car il n'y a pas de possibilités de nous sauver... mais alors, pourquoi Dieu n'a-t-il pas le pouvoir de nous sauver ? Peut-être parce qu'il est jaloux des créations de son Ange Déchu, et que, dans une grande jalousie, il préfère détruire les créations de son élève que de reconnaître la supériorité de celui-ci.


Il se pencha un peu vers elle, souriant toujours d'un air narquois :

Reconnaissez-le : nous vous sommes supérieur. Nous sommes plus fort, plus résistant, nous ne craignons ni la mort, ni la maladie. Bien que vous ressentiez ce que vous appelez l'amour, l'affection, il s'agit là d'illusion dans le seul but de vous faire croire que vous valez mieux que nous. Nous avons la colère, la haine et la peur qui sont à notre service, des sentiments bien plus honorables que l'amour. Et puis, plus que tout, nous sommes vos "prédateurs", et pourtant, malgré notre soif de chair, nous sommes assez intelligent pour vous laisser pulluler sur toute la Terre, au lieu de nous jeter sur vous comme des parasites. Alors que vous, les êtres humains, vous dévorez toutes les ressources de cette Terre, et le jour où il n'y en aura plus, vous serez dans l'impossibilité de subvenir à vos besoins... mais croyez-vous que vous avez tenu si longtemps par la grâce de Dieu ?

Il eut un éclat de rire qui résonna dans l'ascenseur, et poursuivit :

Politique, économie, social,... c'est parce que nous sommes là pour influencer les grands de ce monde que vous continuez à exister sur cette Terre. C'est parce que nous avons toujours été là que le monde tourne toujours. C'est parce nous existons que vous, humains, pouvez continuer à vivre dans votre illusion de liberté.

Il tapa sur les mains juste en face de lui, et prit une voix étrange, moqueuse et ironique :

Wake up, sleeping time is over ! Nous étions là peu après vous, mais nous avons le droit d'être ici, car nous sommes ceux qui vous permettons de vous maintenir en vie. Sans nous, vous n'existeriez plus, car Dieu lui-même a envoyé les Anges non pas pour vous sauver, mais juste pour nous détruire, par pure jalousie. Il a créé le monde, mais ajouter à cela des êtres intelligents étaient de trop, et voir qu'un autre à pus le faire d'une meilleur manière l'a rendu irritable. C'est tout, c'est simple, et c'est la pure vérité sur ce que le monde est et sera.

L'ascenseur arriva enfin au dernier étage. Se décollant du mur, Jad s'en alla vers l'intérieur, priant la prêtresse de le suivre, ajoutant :

Ne tentez pas de mettre Dieu dans le panier. Vous êtes trop hypocrite, sur ce point. Dîtes que vous souhaitez combattre seulement pour survivre, car, après tout, c'est uniquement pour cela que vous suivez Dieu : par peur de mourir.


(Désoler pour la longueur du post, j'étais très inspiré... lol)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Lun 24 Aoû - 0:12

La prêtresse suivit le Démon pendant quelques mètres, puis s'arrêta net. Ce type était médisant à un point tel qu'une personne normale aurait déjà les nerfs à vifs... d'ailleurs, Dentoria elle-même commençait à s'agacer de la situation. Sérieusement. Dans cet ascenseur, elle aurait voulu pouvoir le faire taire pour toujours, mais il y était trop sur ses gardes... Ne manquait plus qu'à trouver un peu plus de courage et une nouvelle occasion, que ses paroles ne soient pas que du vent...

Serrant ses deux lames de plus en plus fort au fil des secondes, elle réussissait à rester sereine au niveau du visage et de la voix. Debout, droite, les yeux fixés sur le Roi des Démons... Dentoria ne cherchait même pas à observer la pièce, ça ne l'intéressait pas. Là, il fallait simplement stopper l'hémorragie... dans le sens où s'il continuait, l'humaine aurait dû mal à se retenir.


- En étant dans une situation pareille, ai-je le choix ? Un faux choix, une fois encore. Je reste avec les humains et personne ne trouve jamais de solution contre les attaques répétées des Démons... parce qu'en effet, nous ne sommes pas prêts pour un tel combat. Soit je choisis de suivre votre raisonnement, qui revient à dire que je ne suis que du bétail que vous protégez et cultivez pour votre propre satisfaction. Autrement, je peux me rallier à Dieu et tenter de faire changer les choses. Aux dernières nouvelles, un Ange qui n'obéit plus à Dieu n'est plus un Ange... ce qui revient à dire que les Anges n'ont jamais fait de mal aux humains.

Supportant de moins en moins bien la vue de son visage, elle détourna son corps pour se mettre à marcher le long de la salle, faisant mine de visiter. Cela lui permettait de gagner un peu de temps, et de dépenser un peu d'énergie...

- Dieu a peut-être fait des erreurs, mais il tente maintenant de les résoudre. Qu'il choisisse une solution ou une autre, de toute façon, ça ne vous aurait pas plus... jamais... Il veut réparer son erreur, vous le traitez de stupide. Il ne ferait rien, vous le traiteriez de lâche... Il vous laisserait tranquille en reconnaissant votre existence et votre...

Elle toussota un bref instant, et se mit à sourire nerveusement avant de continuer...

- … "supériorité", vous continueriez à le défier en tuant sa création... Bon, je crois que tout est dit. Gardez en esprit que je suis humaine et qu'il m'est impossible de penser à sa manière. Tout être à droit au pardon s'il le souhaite de tout son cœur... Quand un prêtre pardonne, c'est au nom de Dieu, il ne pourrait que le reconnaître. Le seul hic, c'est qu'aucun Démon ne s'alliera jamais au Seigneur.

Comme si elle n'y avait jamais songé... Comme si les Démons pouvaient redevenir des êtres saints d'esprit... Non, évidement. Ils sont si libres que retrouver des règles leur serait impossible. De la même manière que le prisonnier qui trouve sa liberté, il ne veut plus se retrouver enchainer. Et pourtant, ces chaines ci sont bénéfiques, contrairement à ce qu'ils pourraient penser.
Une idée traversa soudainement l'esprit de la jeune femme. Elle s'approcha de lui, le regarda de nouveau fixement dans les yeux, et de la même manière qu'à son arrivée dans le bâtiment, elle croisa les bras et lui infligea une nouvelle idée.


- Dites moi... êtes-vous dépendant des humains ? Si c'était le cas, la culture des humains ne seraient plus de la satisfaction, mais de la survie... et croyez-vous que les animaux que nous élevons nous remercie ? C'est complètement ridicule. Si par contre, vous n'êtes pas dépendant, alors vous pouvez nous laisser tranquille... Parce que tuer devrait être la solution du dernier recours.

La fin du discours laissait un peu à désirer... Quel dommage. Pour eux, tuer des humains était peut-être la solution pour purifier la Terre... D'un côté, que répliquer ? Jad avait presque entièrement raison... Presque, parce que parmi les humains, certains ne devaient pas mourir... certains pouvaient encore s'occuper de la planète, la sauver. Certains n'étaient sûrement pas si mauvais qu'on pourrait le dire... D'ailleurs, pour Dentoria, seul Dieu pourrait choisir lesquels auraient la possibilité de vivre...
Cependant, ce serait un peu comme transformer la Terre en Paradis...


- Si Dieu n'avait jamais parlé aux humains, nous vivrions dans un monde bien différent... les humains s'entretueraient sourire aux lèvres, ne se respecteraient pas... ce serait le chaos, pire que celui que l'on peut connaître. Vous devriez le remercier, c'est grâce à lui que nous existons et que vous pouvez nous bouffer...

Ironique... Que répondrait le Démon à ce genre de phrase... ?
En tout cas, cela fit sourire notre humaine une seconde fois. Elle avait presque retrouvé son entière sérénité... en tout cas, jusqu'à la prochaine réponse de Jad...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Sam 29 Aoû - 16:29

La prêtresse s'arrêta net. Elle empestait l'agacement, et bientôt peut-être tenterait-elle une action contre sa personne. Il n'irait pas jusqu'à la tuer, non, il avait fais une promesse. Et bien qu'un être maléfique, il avait des principes, principalement tenir sa paroles, qu'elle fut donné à un allié ou à un ennemi, ou à du simple bétail qui ne le croirai sans doute jamais. Il se tourna vers elle et l'écouta, percevant ses mains serrant quelque chose, sûrement une arme quelconque. Plus elle parlait, et lui le sourire du démon grandissait, au point qu'il se plaqua la main sur le visage.

Les Anges... un Anges déchu reste un Ange, y avez-vous songé ? Car, depuis toujours, celui qui s'est fais coupé les ailes par son maître reste un Ange. Il dispose de la connaissance des Anges, du pouvoirs des Anges, et de l'amour qu'il a pour les créations de son maître... nous, les démons. Enfants maudits par Dieu, comme les Vampires. Maintenant, un Ange n'a jamais fais de mal aux humains... mais j'aimerai bien savoir combien d'entre ceux qui se sont déchus eux-même l'ont fais.

Il croisa les bras, fixant toujours la prêtresse dans les yeux :

Le Bien et le Mal... c'est là dessus que vous vous basez : les Anges sont le Bien, comme Dieu, et les Démons sont le Mal, comme le grand démon des enfers. Mais avez vous déjà songé à un autre plan ? Par exemple, les démons sont un prédateur, et vous une proie, les Anges les prédateurs des Démons, etc... Vous songez vraiment que Dieu, dans ce cas, a créé les Anges pour vous ? Non, c'est juste par la force des choses que vous être devenue "alliés" aux Anges. Le temps nous dira si cette alliance perdurera.

Elle fit mine de visiter les lieux, ajoutant de quoi se défendre, et de quoi défendre Dieu. Jad semblait totalement serein devant ses paroles, alors qu'elle s'avançait pour lui poser une question qui le fit sourire un peu plus. Décroisant les bras et les haussant, il répondit par une question, tellement simple, mais tellement logique :

Etes-vous dépendant de la viande de bœuf, de poisson ou de poulet ? Non, pas réellement. Pourtant, vous en mangez, car vous considérez que c'est naturel. Il existe des gens qui ne mange pas de viande, les végétariens. Mais, une chose est sûre, malgré cette solution, vous continuez à tuer vos animaux d'élevage, pour les dévorer. Certes, vous ne mangez pas tous les animaux, comme ceux qui vont disparaître... Mais entre nous, la race humaine est loin, très loin d'être une race qui risque de disparaître, même si chaque démon en dévorait une dizaine par jour.

Il posa un main sur sa hanche, et continua :

Je ne dis pas qu'il y a des démons qui refuse de manger de la viande humaine, car ce serait mentir : tous les démons sont ainsi, car ils n'ont aucune raisons de se priver. Nous n'avons pas de pitié pour vous, qui avez les armes, la force de vous défendre, et qui vous jugez tellement plus fort, plus grand que toute créature de ce monde.

Il approcha son visage de celui de la prêtresse, s'avançant un peu plus pour qu'elle recule vers le mur derrière, continuant :

Dieu fait des erreurs, car il vous a créé à son image. Aussi longtemps qu'il existera, il fera des erreurs, et sa façon de rattraper son erreur est elle-même une erreur. S'il le voulait, il raserait tout et reconstruirait du début. Car de toute manière, il en a le temps, et le pouvoir. Mais alors, pourquoi ne le fait-il pas ? Parce qu'il est feignant ? Parce qu'il est lâche ? Non, simplement parce qu'il est humain, qu'il ressent l'amour pour ces créations, aussi futiles soient-elles. Mais un enfant qui fais des bêtises doit être punis, et nous sommes le bâton pour votre punition, d'une certaine manière, car il pourrait si facilement nous détruire... n'est-ce pas ?

Il prit le menton de la demoiselle entre ses doigts pour l'obliger à le regarder, sans détourner les yeux, ajoutant :

Nous ne sommes pas ses ennemis, nous sommes ses jouets, comme vous, comme les anges. Nous sommes juste des instruments consentants pour vous punir de votre bêtise, à vous croire supérieur parce que vous avez croqué la dîtes pomme. Soit Dieu créa Lucifer dans ce but, soit Dieu est stupide, car il aurait pus prévoir, dans sa grandeur, la bêtise qu'engendrerai la création des humains, des anges, de Lucifer...

Ses yeux devinrent alors bleu flamboyant, des flammes apparaissant au sein même de sa pupille, et dépassant le bord des yeux. Il ajouta, dans une voix fantomatique, presque venue d'outre-tombe :

Nous existons car vous exister. Si Dieu ne vous avez pas envoyé ici, il n'aura pas eu de raison de nous créer, et nous n'aurions pas cette conversation. Pour une fois, vous êtes au centre de tout, mais comme il s'agit du centre d'un chaos sans nom, vous feignez l'innocence... cela ne marche pas avec moi, car, si nous étions triste de notre sort, nous vous serions rancunier. Mais au contraire, je vous remercies : merci d'avoir croqué la pomme et de nous permettre de nous enivrer de votre chair, autant par des moyens conventionnels... que nutritifs

Ses yeux reprirent leur couleur et leur apparence normal, alors que ses mains quittaient le menton de la prêtresse, puis se retourner, puis avancer un peu. Quelques pas fait, il se retourna vers elle, l'observant, faisant mine de baisser sa garde mais sentant en elle toujours cette sensation qu'il avait le dessus. Il ajouta alors :

Ne soyez pas triste, parce qu'au final, tout se finira le jour où Dieu "pardonnera" au hommes...

Il ne put s'empêcher de pouffer, puis de rire, et de rire de plus en plus fort, comme pour se moquer de Dieu lui-même. Cette fois-ci, il avait baissé sa garde, pour de bon. Si elle l'attaquait, elle pouvait l'avoir aisément, peut-être pas le tuer, mais le blesser, même de manière superficiel. Jad n'attendait que cela, en fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Dim 30 Aoû - 21:05

- Ça suffit maintenant !

Ne contrôlant momentanément plus ses bras, l'humaine lança les deux lames qu'elle avait en main vers le Démon. Aucun des deux morceaux de métal ne le touchèrent, puisqu'au dernier moment, Dentoria réussit à dévier leur trajectoire d'un coup de poignet assez autoritaire. Pas question de céder à la violence, ce ne serait qu'accepter le mensonge...
Les deux lames finirent leur course sur le sol, au pied du Démon. La Prêtresse baissa la tête, ferma les yeux et soupira. Elle agrippa aussi sa main douloureuse, réflexe humain. Par la même occasion, un peu de sang s'étala sur ses doigts, mais quelle importance. Ce n'est pas quelque chose qui excitera un des êtres les plus maléfiques au monde. Il n'était pas non plus question de continuer le combat oral dans ces conditions... Elle se faisait lamentablement marcher dessus et ne parvenait plus à rien... fallait-il se résigner... ?


- Nous sommes sur la même longueur d'onde. Les Démons sont les ennemis des humains, je suis parfaitement d'accord. Que les Anges soient avec ou contre nous, ça m'est totalement égal puisqu'ils vous combattent. Par la suite, Dieu peut bien leur ordonner de nous tuer si ça le chante, nous l'aurions peut-être mérité...

La jeune femme releva la tête, et dévoila une expression furieuse. Furieuse, mais neutre à la fois... Difficilement descriptible. Son regard avait beaucoup moins de densité que celui du Démon, mais il n'en restait pas moins assez rageur pour une humaine, et surtout pour une servante de Dieu dite toujours calme.
Dentoria détourna la tête et fit quelques pas dans la salle. Feinter de la colère n'était pas chose facile, puisqu'il fallait en même temps rester lucide dans sa voix et son raisonnement. Vouloir lui faire croire qu'il avait réussi à l'énerver était sûrement une bonne chose... Pourquoi ? Ce serait à comprendre par la suite.


- Et si cela arrivait, je me protégerais autant que les autres humains. Dieu ne serait plus considéré comme le Dieu Amour, et cela nous... prouverait aux humains qu'ils n'ont pas choisi le bon Dieu. Ils en trouveraient bien un autre, plus juste. De mon côté, je me retirerais pour avoir fait l'erreur du siècle. Voilà, vous êtes content ?

Posant une main au niveau de sa poitrine, elle remonta jusqu'à son pendentif. La croix de Jésus brillait ici tout aussi bien qu'en surface... et aurait très bien pu symboliser son actuelle attirance envers Dieu. Ses doigts agrippèrent le personnage, le caressèrent, le ressentirent...
D'un coup, elle arracha son pendentif d'autour de son cou et le plaça dans l'une de ses poches. Son regard se fit encore plus noir, bien qu'elle parvenait toujours à garder son sang-froid.


- Il n'en reste pas moins que vous êtes prédateurs des humains, tous les humains. Vous discutez avec une créature que vous considérez comme faible, vous essayez de la raisonner, mais ce n'est absolument pas par besoin. Je crois qu'en définitive, ça ne vous sert qu'à vous convaincre vous-même de votre supériorité... "Je suis le plus fort, donc j'ai raison", ou l'inverse. Maintenant, si ce n'est pas ça, vous allez peut-être pouvoir m'expliquer le fond de votre pensée...

Son regard se posa sur les deux lames, immobiles au pied du Démon. Dentoria n'hésita pas, et commença à avancer dans leur direction. Jad Kyotsuke ne ferait rien pour l'arrêter... du moins pour l'instant. Arrivé en face de lui, sans lever les yeux une seule seconde, la Prêtresse s'agenouilla et récupéra ses armes... une dans chaque main.

- Dans cette histoire, à quoi je sers ? Un divertissement parce que vous vous ennuyez ? A quoi bon discuter avec moi, qui mourrais aussi stupidement et inutilement qu'un autre humain ? J'aimerais bien le savoir...

D'un geste vif et malhabile, l'humaine brandit sa lame vers le Démon. N'étant pas ambidextre, son bras droit ne lui était d'aucune utilité pour cet affrontement... alors que Jad en fasse ce qu'il veut, elle lui offrait presque sur un plateau...
… pour mieux essayer de le surprendre ensuite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Lun 14 Sep - 10:59

Le démon interrompit son rire aussi soudainement qu'elle lui avait dis que cela suffisait. Il resta immobile, fixant l'humaine qui avait lancé les lames... à ses pieds. Restant immobile un long moment, il se tourna complètement vers elle, les bras détendus, l'un s'appuyant sur ses hanches, l'autre pendant sur son côté. Il l'observa, un peu intrigué, puis totalement fasciné : elle avait finalement cédé aux paroles du démon, elle avait finalement oublié l'idée de se justifier complètement sur les bases sur laquelle elle était partie.

Il ne souriait plus, car il analysait le sentiment profond de l'humaine : il voulait savourer cette colère, cette haine qu'il pensait avoir réveillé. Mais il fut déçu, et même vexé, de ne pas sentir en elle ce sentiment qu'elle semblait pourtant retranscrire. Il laissa la femme se parler, impatient de voir ce qu'elle allait dire, ce qu'elle allait finalement rétorqué : il avait étudié les humains, comme les démons, et il savait que, tôt ou tard, l'orgueil ressortait de ses êtres.

Finalement, elle lui demanda ce qu'elle avait comme intérêt pour lui, elle qui n'était qu'une humaine, qui n'était rien pour lui. Il attendit un moment, son sourire disparut, ses yeux ne fixant même pas la lame entre les mains de la prêtresse, pourtant tendu vers lui. Il acquiesça un moment :


Je pense que maintenant, c'est inutile de continuer si vous restez dans cette optique stupide : vous n'avez finalement pas compris ce que je tente de vous faire comprendre. Lorsque vous êtes arrivée ici, vous ne saviez même pas pourquoi vous étiez là. Et si j'en juge par vos lames, vous pensiez sincèrement que j'allais juste vous tuer. Maintenant, alors que j'ai précisez les choses, vous continuez à être sur vos gardes... pire encore, vous vous moquez de moi.

Il montra rapidement l'ensemble de la pièce, comme si elle pouvait apporter quelque chose à son argument.

Vous partez, de ci de là, faisant semblant d'être en colère contre moi. Votre regard vous trahis, tout comme votre vous profond. J'ai appris à connaître les humains, et je savais que beaucoup étaient bornés, et n'osaient jamais faire confiance. Mais vous, vous osez feindre devant celui dont vous avez peur... c'est un acte stupide, car inutile, et désagréable pour vous et pour moi. Entre vous et les prêtres que j'ai rencontré, il y a une grande différence, positive, dans mon sens, c'est indéniable. Mais j'aimerai que vous abandonniez un petit peu cette attitude imbécile, pour préférer discourir avec moi.

Il observa la lame, prit la main qui la tenait pour la lever vers son épaule, avant de s'avancer. Il enfonça doucement la lame dans son bras. La lame avait été bénis, car elle brûlait la peau du démon qui cilla légèrement du visage, mais continuait à s'enfoncer, à chacun de ses pas. Quand la lame fut profondément enfoncée dans sa chair, qu'une fumée sort de cette plaie, comme une brûlure sans feu, le démon soupira un coup et dit :

Voilà, vous avez blessés le roi des démons. Vous êtes contente ? On peut passer à autre chose ? Ou vous voulez m'arracher le cœur, m'étriper, et me détruire ? J'ai fais la promesse que vous serez vivante, ce soir au moins. Montrerez-vous humaine, et donc vous laisserez-vous succomber à vos faiblesses, tuant votre prédateur pendant qu'il vous a invité dans son antre ? Ou alors serez-vous prêtresse, et écouterez vous celui qui souhaite vous parler, non pas comme une tentative de rédemption, mais comme un tentative de compréhension ?

Il lâcha la main de la demoiselle, restant ainsi, à l'observer, une lame brûlante dans son épaule. Il recula doucement, laissant une trace de sang sur la lame bénit, sa plaie ne pouvant se refermer tout de suite à cause de l'énergie divine qui s'y trouvait toujours. Il souffrait, certes, mais ne montrait qu'un désagrément. Il se racla légèrement la gorge, avant de dire :

Vous êtes une prêtresse. De ce fait, vous êtes un guide plus influant que les politiques, ou bureaucrates. Si je veux vous parler, c'est parce que, de un, j'ai sentis que vous pouviez saisir ce que vos prédécesseurs ne pouvaient comprendre, et de deux, j'aime à comprendre de mon côté les humains. Pas comme un lion qui souhaite en savoir plus sur sa proie, mais comme un curieux de la nature, cherchant à saisir le moi profond des êtres qu'il côtoie, sans pouvoir les atteindre.

Il croisa doucement les bras, marquant une longue pause, avant d'enchainer :

Si vous êtes prête à lâcher ces armes, et à oublier la relation proie/prédateur qui nous entoure, comme moi je le fais, nous pourrons alors discuter. Si vous en êtes incapable, alors je vous ferez raccompagner par l'une d'entre vous hors de la citée démoniaque, et nous reprendrons chacun nos vies, aussi dépravées soient-elles pour l'autre.

Il claqua des doigts, faisant s'approcher une servante humaine, suivis d'une vampire, qui observait la prêtresse avec des yeux inertes d'expression. Il attendit ainsi la décision de la prêtresse, sans rien dire d'autre, son sourire normalement présent effacé dans un visage neutre, et pourtant inquiétant... ou plein de déception.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mar 22 Sep - 0:30

Après ce long discours, elle s'en rendit compte... dans cette histoire, c'est elle qui avait commis la première et plus grosse erreur. Si seulement elle avait gardé ses idées au clair, elle aurait pu faire preuve d'un peu plus d'humanisme.
L'humaine qui cédait à la colère avant le Démon. La Prêtresse auto-proclamée pure qui usait de la violence avant la créature la plus maléfique qui soit. Se rendant compte de cette vérité, Dentoria eut soudainement terriblement honte d'elle-même. Depuis le début, c'est elle qui l'avait insulté parce qu'il était soit disant le méchant, le tueur d'humain, le Démon monstrueux et sanguinaire qui ne pensait qu'à se battre et à tuer. Que penser après de tels agissements ? La conclusion était bien simple : Dentoria n'était qu'une humaine, comme les autres.


- Seigneur...

Le mot sortit de sa bouche comme un soupire, presque une plainte. Son visage prit soudainement une expression désolée. Elle ouvrit ses mains, et laissa tomber ses armes sur le sol, une bonne fois pour toute. Un coup d'œil vers Jad, puis elle se retourna et plaqua ses avants-bras et son front contre le mur. Regard dirigé vers le sol, la jeune femme se sentait un peu perdue. Elle devait se reprendre, avant de formuler un quelconque réponse.

10 secondes. 20 secondes. Une minute. Dentoria ne bougeait pas d'un pouce. Pendant tout ce temps, elle se parlait, tentait de se calmer. Elle aurait souhaité voir un Prêtre sur le champ, mais elle devait être la seule croyante dans un rayon de vingt kilomètres. Aucun humain ne pourrait d'ailleurs la comprendre... mais le monde entier sait que parler suffit à soulager.
En cet instant, l'humaine se sentait seule... horriblement seule...


- Quel que soit le sujet, vous montez sur vos grands chevaux... Vous me rabaissez, me dictant ma conduite alors que je suis censée être plus à même de la connaître. Vous traitez mon comportement de stupide alors que vous vous basez sur... je ne sais quelles idées de je ne sais quel peuple. Et ensuite, vient le coup de la morale... Ce n'est pas audible pour une adulte humaine, désolée...

Par là, elle voulait dire qu'une autre personne aurait vivement critiqué Jad pour ce qu'il venait de dire et de faire. Une autre personne aurait accepté de partir, pour en finir. Oui... Dentoria commençait à comprendre de quoi parlait le Démon... cette différence entre elle et les autres qui pouvait la rendre spéciale... Finalement, n'avait-il pas raison... ?
Sans plus prendre attention à personne, la Prêtresse se mit à parler à haute voix, seulement pour elle-même.


- … Tout du moins, ce ne devrait pas être audible. Pourquoi est-ce que j'écoute... ? Pourquoi est-ce que je me laisse convaincre... ? Ça ne va pas... J'ai toujours été trop malléable. C'est bien pour ça que je suis ce que je suis...

Une nouvelle minute s'écoula dans le silence. Enfin, Dentoria se retourna et s'adossa au mur, totalement vidée. Tête tournée vers le sol, elle glissa très lentement contre la pierre, pour terminer assise, jambes collées au corps. Ainsi recroquevillée, il apparaît qu'elle n'a plus aucune envie de se battre...

- J'arrête... plus de sous-entendu, plus de mauvais états d'âme, plus de... plus rien. Mais soyez sûr d'une chose... je ne serais jamais l'émissaire d'idées Démoniaques. Je me l'interdis tant que je le peux encore. Je préférerais tout abandonner plutôt que ça.

Elle ne se sentait pas vaincue pour autant... juste de la méfiance envers son propre esprit simpliste. La Prêtresse connait approximativement ses propres limites en cette matière, même si elle ne se croit pas toujours aussi faible. Après tout, si on lui avait dit que le Roi des Démons lui parlerait, qu'elle l'écouterait et le comprendrait, elle n'aurait jamais voulu y croire... Comme quoi...
Enfin, la jeune femme releva la tête, révélant un visage ayant retrouvé tout son sérieux et sa concentration. Une chose avait cependant changée : à présent, elle tremblait un peu. D'ailleurs, elle n'osa pas le regarder dans les yeux plus d'une seconde.


- Autre chose. Si vous pensez pouvoir convaincre l'humanité en me convaincant moi, ce qui n'est pas encore fait croyez moi, vous vous trompez. Je connais beaucoup de gens qui ont un esprit beaucoup plus résistant que le miens... Vous vous en mordrez les dents.

Du bout du pied, elle poussa ses armes, ne voulant plus jamais sentir le fer froid contre sa peau. Alors, maintenant... qu'allait-il se passer ? Dentoria avait prit la décision dite sage, celle de continuer la discussion. Pourtant, rien n'avait finalement changé dans l'histoire. Jad la laisserait vivante ce soir, et en resterait là. Connaître la date de sa mort, ça n'a finalement rien d'amusant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mer 23 Sep - 14:12

Jad était immobile, face à la prêtresse qui semblait avoir prit conscience de ce qu'elle disait, et ce qu'elle faisait. Elle avait lâché ses armes, s'était détournée du démon et parlait pour elle même, pendant une longue minutes. Jad ne ressentait pas de pitié pour cette humaine pour qui la vérité brute semblait être une torture des plus complètes. Le monde semblait s'être écroulé sur ses épaules, alors qu'elle devait sans doute le porter en tant que guide sur les humains.

Quand elle recommença à parler, le démon eut un léger sursaut de surprise : il avait espéré entendre autre chose que "tuer moi", mais il n'en avait jamais attendu autant. Il attendit longuement, la voyant se recroqueviller sur elle-même, comme abattue. Il attendit les bras croisés, la fixant avec une certain sévérité, mais un peu plus d'espoir. Quand elle eut finis de parler, elle repoussa les lames de ses pieds, tremblante... aller savoir de quoi. La vérité était parfois un poison plus sévère que le cyanure.

Il se tourna vers les deux servantes, et dit, d'une voix calme et presque monotone :


Kimi, prends les armes de la prêtresse, et gardent les de côté. Ange, aide la à se relever : le sol du building est froid, il vaut mieux la conduire au chaud.

L'humaine approcha des lames, les prenant toutes les deux d'une main sereine, et le serrant contre elle. La vampire se dirigea vers la prêtresse et l'aida à se lever, et une petite phrase pour la conforter. Jad attendit qu'elle soit debout, épaulée par sa servante, et se dirigea vers son salon. Il lui répondit tranquillement :

Vous avez raison : ce que je vous ais fais subir n'est pas tenable pour un simple humain. Les trois prêtres qui étaient pourtant prometteurs n'ont pas tenu face à cela : deux se sont suicidés, le dernier m'a demandé de le tuer de mes propres mains. Cependant, vous n'êtes pas venue ici en tant qu'humaine, mais prêtresse, et ce que j'ai à vous dire est indispensable à savoir pour accomplir votre "tâche".

Il ouvrit la porte du salon, dans lequel se trouvait un feu dans une cheminée, un bureau avec deux fauteuil et un piano magnifique, la fenêtre donnant sur la mer à proximité. A croire que l'immeuble était hors de la terre. Il fit signe à la vampire de poser la prêtresse dans le fauteuil en face du bureau, alors que lui en faisait le tour pour s'y installer. Kimi posa doucement les lames sur le bureau, puis les deux servantes quittèrent la pièce : elles allaient incessamment sous peu ramener du thé.

Vous serez amenée à entendre plus, bien plus encore. On ne s'improvise pas prêtre, guide spirituel ou gourou. Il y a des vérités qu'il faut apprendre avant de croire être un guide. Je ne vais pas vous demander de transmettre "ma" parole, car ça, je peux le faire moi-même. Ce que je veux, c'est vous appuyer dans votre quête de croisade. Je vous l'ais dis : nous n'hésitons pas à tuer nos semblables qui menacent notre vie. En vous aidant, je vous donne l'occasion de le faire, et ainsi de débloquer votre score.

Il sortit une liasse de papier et commença à écrire dedans, continuant son discours :

Vous êtes une humaine, éprise de justice. Mais vous pouvez devenir bien plus, la preuve en est que vous avez écouté les paroles de votre ennemie, et vous êtes même allé jusqu'à le comprendre. Vous êtes sans doute destinée à devenir quelqu'un d'important, aussi humble soyez-vous. Vous seriez peut-être même celle qui pourrait débarrasser cette île des démons qui y vivent, ainsi que leur Roi.

Il s'arrêta un instant, fixa sa plaie, puis ricana un peu avant d'ajouter, reprenant :

Vous avez réussis à me blesser même... alors ne soyez pas humble : vous êtes plus forte que vous ne le croyez.

Les deux servantes arrivèrent avec du thé sur un plateau, ainsi que deux tasses. Le thé que Jad avait choisis était bien particulier : le thé myrtille-pêche, une boisson très particulière, au goût à la fois épicé et douce. Les deux femmes servirent le démon et son invité, Jad tendant la feuille à la vampire qui lut et acquiesça avant de partir en compagnie de sa camarade. Le Roi se détendit d'avantage, soupirant tranquillement en fixant les deux lames, très belle, bien que dangereuse pour lui.

J'ai vécu plus longtemps que vous, j'ai eu le temps de connaître votre race, de l'apprendre, et si j'avais un cœur, j'aurais pitié de vous, voir je serai capable de vous "aimez". Alors, je me base sur ce que je sais de vous pour vous "insulter", ce qui pour moi ne sont que des révélations, comme on enfonce des portes ouvertes. Quand à la morale, c'est uniquement pour vous que je le fais, car, je vous l'ai dis, on ne s'improvise pas prêtresse. Il faut pouvoir entendre la vérité brute, car ce sera à vous de la communiquer à vos brebis. C'est parce que certains s'auto-proclame gourou sans connaître les fondements du monde que les démons sont mal vu.

Il regarda la prêtresse, sans montrer un signe de pitié ou de méchanceté :

Je veux que vous posiez une opinion claire et réelle, et non un... stéréotype de démons, avec de longues dents, des griffes ou des yeux de braises. C'est tout ce que je souhaite. N'allez pas croire que cela compliquera notre manière de nous nourrir. Au moins, vous et vos suivants pourront vraiment savoir à qui ils ont à faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Mar 29 Sep - 20:52

Que ce soit par terre, là-bas, ou dans ce fauteuil, Dentoria était toujours assise, pieds nus sur le tissu, jambes collées au corps et bras croisés, posés sur ses genoux. Ce petit déplacement lui avait permis de réfléchir encore et encore sur son comportement... Maintenant assise dans ce bureau, elle ne tremblait plus, semblait un peu plus détendue, mais n'en restait pas moins repliée sur elle-même. Autre chose de saisissant : elle avait comme perdu toute émotion dans ses yeux, qui ne semblait plus rien refléter d'autre que leur couleur noire profonde. Le vide. Ce n'était pas la première fois qu'elle agissait ainsi... Quant à comprendre pourquoi...

Son visage était tourné vers celui du Démon, et elle ne le quittait plus du regard. Ne bougeait pas. Ne clignait même pas des yeux. Elle était toute ouïe, et tentait d'analyser les dires du Démon, ne le prenant plus pour un ennemi mais pour autre chose... une sorte de professeur. Sorte seulement.


Il se moquait à nouveau de la Prêtresse, affirmant qu'elle était forte, ayant réussi à le blesser... mais cette fois, cette dernière préféra ne rien répondre. Jusqu'au bout de son discours, elle ne se manifesta pas.


- Désolée... je n'arrive pas à vous suivre...

Ne s'attendant à rien de spécial, la jeune femme avait tenté de tout retenir et d'associer ces idées à des précédentes. Avec ce qu'il racontait maintenant, une dizaine de choses farfelues, elle se retrouvait un peu perdue... d'autant plus qu'il avait parlé cinq minutes sans interruption, ou tout comme.
Repasser les idées, une par une...


- Mais vos paroles me choquent... Des Prêtres qui se suicident, je trouve ça indigne et écœurant... Vraiment... à quoi pensaient-ils ? C'est le meilleur moyen de bafouer toute leur vie.

Une certaine émotion dans sa voix ne se retranscrivait pas sur son visage. D'apparence, elle n'extériorisait plus rien. Allez comprendre pourquoi...
Deuxième idée, celle des Démons en général, et cette croisade que Jad avait cité. D'après ses dires, la Prêtresse comprenait que sa vie devait être presque exclusivement consacrée à la bataille face aux Démons... ou autre chose peut-être.


- Les Démons ne sont pas au centre de la religion, il ne faudrait pas exagérer. Et je suis certaine que vous vous doutez que quoi qu'il arrive, ce ne sont pas des religieux qui déclencheront une croisade contre les serviteurs du m... contre vous. Moi la première, je laisse le choix aux gens de choisir leur chemin, en dehors et à l'intérieur de la religion : si jamais ce chemin était celui d'un affrontement indéfini, je me retrouverais encore plus seule que maintenant.

Dentoria préféra conclure qu'elle ne l'avait pas bien compris. Le Roi des Démons était un être intelligent, il l'avait bien prouvé. Plus qu'elle, et sûrement plus que le plus intelligent des hommes. Difficile d'atteindre un tel niveau de conscience...

- D'autre part, si nous étions destinés à vous combattre, nous serions des guerriers. Si nous devions convaincre les autres humains de vous tuer, nous serions dirigeants ou esclavagistes. Vous voyez le soucis ?

Pour peu, on aurait pu la croire amicale envers lui. Bizarre... dans son esprit, ce semblait être la même chose. Non pas qu'elle veuille faire de lui un ami ou quoi que ce soit, mais plus que la politesse envers un inconnu qu'on rencontre dans la rue, cela pourrait ressembler à de la camaraderie. Enfin, pour conclure, elle avoua... n'être qu'une humaine...

- Je n'ai sûrement pas compris où vous vouliez en venir... Vous voudriez que j'apprenne aux humains l'art d'abattre les Démons ? Que nous offrions plus ou moins de résistance pour vous satisfaire ? Que je noue des liens amicaux entre nos peuples afin d'en terminer avec ces querelles ? Quoi que je dise à propos des Démons, ce serait probablement une autre vision que celle que j'avais jusqu'ici... mais...

Elle décroisa les bras et les recroisa dans l'autre sens, en poussant un léger soupire.

- ... et alors ? Que dois-je faire ?

Retour à la case deuxième départ. Le Démon n'avait plus qu'à prendre son mal en patience, et réexpliquer autant de fois que nécessaire les idées qu'il voulait faire passer. Précédemment, il y était très bien parvenu, alors il n'y avait sans doute pas à s'en faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Ven 2 Oct - 2:00

Après son long discours, Jad écouta celui de la prêtresse. Il se reposa sur un des accoudoirs, fixant la demoiselle d'un air très calme, attentif à ses paroles. Elle répondait avec discernement à chacun des points qu'il avait abordé, au point qu'il eut un léger sourire satisfait. Finalement, elle s'était débarrassée de ce poids et de la tension qu'elle avait sur elle, ils pouvaient discuter tranquillement.

Il prit la tasse de thé, ajouta un sucre dedans et invita la demoiselle à en faire de même. Il touilla doucement dans la tasse, lui répondant :


Quand le monde auquel on croit se brise, rare son ceux qui sont capable de reprendre tout à zéro. Le mort est alors un soulagement, même si cela va à l'encontre de ce en quoi ils croyaient. C'est pour cela qu'ils ont voulu terminer avec cette vie. Imaginer que tout ce que vous avez vu, entendu, cru savoir toute votre vie se découvre être un immense mensonge, car c'est ce que cela été pour eux.

Il prit une gorgée de thé, savourant le délicieux mélange qui réveillait un peu son palais. Exquis, c'était indéniable. Pas autant que la chaire humaine, mais un met délicieux, il fallait le reconnaître. Il reposa sa tasse dans sa soucoupe et poursuivit :

Je ne vous veux pas guerrier, ni même que vous nous pourchassiez. Néanmoins, je préfère que, tant qu'à dire des choses sur nous, ça ne soit pas des divagations d'un esprit abrutis par un quelconque stéréotype. Nous sommes bien des êtres maléfiques, c'est un fait, et nous tuons, nous faisons souffrir, et cela, c'est une réalité que vous savez.

Il se tourna vers la fenêtre, observant la lune à demi-cachée, ajoutant :

Mais pensez-vous que nous sommes que du mal ? Que nous avons pas d'autres but que de semer le chaos ? Je le reconnais, nos actes définissent qui nous sommes, mais il est des actes qui sont invisibles aux yeux des autres.

Il se tourna les yeux vers la porte : les deux servantes ramenèrent un livre sur une plateau en argent. Ce livre était noir, en cuir, apparemment vieux, mais bien entretenu. Elles le déposèrent sur le bureau, le démon leur fit signe de se retirer. Tandis que les portes se refermaient derrière elles, Jad haussa les épaules :

Peu importe pour moi ce que vous en ferez : vous pouvez bien en tenir compte, ou oublier même cette journée. Néanmoins, comme vous, j'ai l'espoir : l'espoir qu'un jour, les Démons et les Humains pourront se comprendre. Pas forcement s'aimer ou s'accepter, mais se comprendre.

Il fixa une dernière fois la lune avant de dire doucement :

Comprendre... car il n'est rien de plus douleur de subir sans comprendre.

Il se retourna vers la prêtresse et poussa le livre vers elle pour qu'elle le prenne. Sur la couverture était inscris : "Mémoire d'Outre-terre"

Voici une sorte de cadeau pour avoir tenu face aux paroles d'un démon. Ce livre vous apprendra qui nous sommes, à travers l'histoire d'un enfant rejeté par ses parents, et esclave d'un grand seigneur. Tout ce qu'il vit dans cette œuvre vous permettra de comprendre pourquoi et comment nous sommes devenu ainsi.

Il reprit sa tasse et but tranquillement, avant d'ajouter, entre deux gorgées :

Je sais que vous risquez de ne pas comprendre la raison de tout cela, pourquoi je vous ais choisis ou pourquoi je souhaite que nous soyons compris... C'est une chose que je ressens au fond de moi... Un espoir... Oui, nous espérons, car il n'y a pas pire pêché. Car, comme il l'est dis dans la mythologie, Pandore ouvrit la boîte qui renfermait toutes les horreurs de la race humaine : la guerre, l'orgueil, la haine,... et parmi toutes ces horreurs se trouvait l'espoir.

Il but une nouvelle gorgée, souriant légèrement cette fois-ci : le sujet sur les sept pêchés capitaux était une chose qui le fascinait beaucoup. Il avait étudié tellement sur le sujet qu'il aurait pus écrire un livre dessus, s'il avait été écrivain.

Avez-vous déjà songé à les désastres que provoquait l'espoir ? Certes, il pousse à faire croire aux hommes qu'ils vivront des jours meilleurs, mais c'est un souhait illusoire, sans fondement, qui peut les faire tomber plus bas que terre. J'aimerai bien pouvoir comprendre ce qu'il trouve de si passionnant à s'intéresser à ce qui est mal, et parfois à le joindre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Lun 5 Oct - 20:45

Ce Roi des Démons était bien inarrêtable, quel que soit le domaine... Et à chaque fois, il ne pouvait s'empêcher de dériver sur un autre sujet, perdant fréquemment son invitée dans le sillage de ses idées vagabondes. Devait-il finalement s'étonner qu'elle ne comprenait pas tout ? Il s'en doutait mieux que quiconque. Dentoria n'était pas une sûr-humaine, et ce devait être une des raisons de son choix...

La Prêtresse s'enfonça un peu plus dans son fauteuil, ne lâchant pas le Jad du regard. On lui avait servi une boisson, mais elle ne semblait pas habilitée à la déguster... pas encore. D'ailleurs, les allés retours de deux servantes la laissait totalement de marbre. Elles faisaient partie du décors, de la figuration... bien qu'elles auraient pu se révéler dangereuse.
Non, il était stupide de penser ainsi. Dentoria le voyait parfaitement : la route qui la mènerait à l'église était éclairée par une lumière pur et aveuglante, totalement dégagée de tout coin ténébreux. Si un Démon la laisser en réchapper, alors deux créatures non-Démoniaque en feraient de même.

Revenant à la conversation, la jeune humaine savait qu'il lui fallait parler avec franchise. Elle ne s'en gênerait plus, ni pour le confronter à ses idées, ni pour avouer ses points forts ou faibles...


- Vous avez totalement raison... je ne comprend rien à rien. Ni comment vous percevez le futur, ni la manière dont vous pensez que les relations évolueront. Vous pensez vraiment que des humains s'amuseront à lire votre livre ? Et même si cela arriverait, ils n'y verraient qu'un récit fantaisiste, une histoire imaginée de toute pièce. Le passé de nos pays n'est qu'une histoire pour nos enfants. Alors... qu'est-ce que cela changerait ?

Elle n'avait pas encore touché le fameux livre, mais avait jeté furtivement un coup d'œil à la couverture. Couleur et titre en gros caractères, tout ce qu'il y a de plus classique... quoiqu'elle se soit attendu à devoir apprendre une langue morte pour pouvoir en comprendre la signification. Avait-il été spécialement traduit en langue humaine ? Drôle d'idée.

- Imaginons que le livre soit entre des mains d'humains spéciaux, plus fragmenté. Aux idées indéfinies. Imaginons qu'il puisse le comprendre entièrement, et qu'il veuille révéler ces idées aux autres. Il devient une sorte de fou, se fait enfermer, et n'a jamais aucun crédit. Pour un peu qu'il se retrouve face à un Démon, il se ferait dévorer aussi naturellement qu'un autre humain. Pas pire, pas mieux que maintenant...

Ce livre l'attirait, inexplicablement. Une sorte de nouvelle bible, autre religion dans laquelle elle pourrait piocher des idées qui lui ressembleraient d'avantage. Quels que soient les cultes ou les simples fictions, tous avaient des concepts fascinants. Jamais la jeune humaine n'avait été déçue jusque là, et ça ne commencerait certainement pas ce jour-là.
Cependant, l'ancienneté et la valeur de ces pages devaient être inestimable : Dentoria n'osait pas s'en emparer. De peur de le détruire, volontairement ou non...


- Au passage... étonnamment, je m'identifie parfaitement au personnage de mon exemple...

En vérité, le Démon offrait le livre à Dentoria, et non aux humains. Considérant, dans les propos du Démon, le vouvoiement pour désigner l'ensemble de l'espèce humaine, la Prêtresse n'avait pas trop réfléchit. Si elle parvenait à cette conclusion, c'est qu'évidement... il s'agissait d'elle tout particulièrement. Quand elle s'en rendit compte, elle se remit à employer la première personne.

- Je me doute que vous le savez, mais laissez moi vous le rappeler : en imaginant que je meure demain par la main d'un Démon, d'un Ange ou d'un Humain, qu'importe son identité, la conversation n'aurait servie à rien. Vous retomberiez à zéro. Non pas que cela vous dérange. Au cours de votre longue vie, vous avez et vous aurez l'occasion de trouver d'autres humains du même genre que moi... Laissez...

Sa phrase ne la mènerait nulle part... mais Jad avait sûrement deviné où elle voulait en venir. La Prêtresse avait seulement vécu 21 ans, mais était beaucoup plus proche de la fin que le Roi des Démons ne l'était. Au pire, il prendrait quelques années de retard sur ses objectifs, soit l'équivalent d'une dizaine de secondes de temps humain.
Dentoria prit quelques secondes pour remettre correctement ses mèches derrière son oreille, comme si son apparence comptait encore durant ces instants délicats. Elle entreprit ensuite un petit récapitulatif.


- Les humains doivent savoir qui sont réellement les Démons. Leur histoire, comportement, relations avec les autres, tout est expliqué dans ce livre. Je n'ai plus qu'à faire passer le mot. Ai-je compris les grandes lignes ?

Puis, n'accordant pas même une seule seconde à son esprit pour réfléchir, elle posa naturellement une question.

- Vous m'expliqueriez finalement le rapport avec... la religion... ?

Oui, les Démons sont à l'origine les ennemis de Dieu. Oui, les Prêtres cherchent à se débarasser d'eux pour annihiler tout mal en ce monde. Mais de la manière dont tournaient les choses, ce n'était plus un travail exclusivement porté sur les croyants, mais sur toute la population. Le monde devait savoir, et non les religieux. Alors, la véritable question était : pourquoi avoir attendu tout ce temps un Prêtre pour pouvoir mettre en place ce genre de discours ? Était-ce une question de facilité ?
Les créatures les plus facile à manipuler seraient les religieux de sexe féminin... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Sam 31 Oct - 15:55

Le Roi des Démons écouté les réponses de la prêtresse, qui étaient en même temps des questions. Elle allait trop loin, réfléchissant à un stade tellement avancé que cela aurait même pus être agaçant pour Jad. Mais en même temps, elle était loin d'arriver à penser suffisamment pour répondre à ses questions : qu'est-ce que cela changerait ? Elle ne se rendait pas compte de ce que cela pouvait changer entre deux races, deux factions qui peuvent se haïr, et même se "chasser".

Jad préféra passer sur les remarques de la prêtresse qui cherchait à comprendre le fin fond des pensées de son interlocuteurs. Même s'il avait expliqué, il lui aurait resté plus d'un point d'ombre sur le sujet. Alors il préférait qu'elle découvre elle-même ce que ce allait provoquer ce que le démon lui demandait. Pour seule réponse, finalement, il affichait son mystérieux sourire, indéchiffrable.

Elle s'arrêta soudainement dans ses phrases, comme si elle comprenait que tout ce qu'elle disait n'allait rien changer à la réalité des choses. Elle prit un peu de temps, réarrangeant une mèche de cheveux derrière une oreille, puis résuma ce qu'il lui avait dis tout le long de cet entretien. A sa première question, Jad acquiesça doucement, sans rien dire d'autre.

A la deuxième, son sourire tomba doucement, avant qu'il ne soupir : n'avait-elle rien compris ? Ou ne se rendait-elle pas compte ? Jad se réinstalla dans son fauteuil avant de dire :


Aujourd'hui, il y a deux grandes influences, dans votre monde : la télévision et la religion. Le première est plus accessible, et aime bien ce genre de "flash spécial", mais peu sont les humains qui les croient sans poser de questions, sans réfléchir tellement. De plus, ils aiment bien aussi déformer la réalité, la réarrangé à son goût, ce qui peut être gênant. Mais la religion...

Voulant faire maintenant preuve de tact (étonnant, hein ?), Jad chercha un instant ses mots pour bien représenter ce qu'il voulait dire. Après quelques secondes à peine, il compléta ses dires :

La religion a un puissante influence sur le monde. Quand on parle de résurrection, dans certaines Bibles, tous croient aveuglement, nul besoin de preuve. La création du monde, la déluge, tout est mis en avant dans une croyance religieuse qui a pourtant l'image d'un récit fantastique. Et les hommes croient leurs prêtres, comme s'ils étaient aveuglé par votre lumière divine. De ce fait, le rapport avec la religion est simple.

Il se pencha en avant pour reprendre sa tasse de thé et en but une gorgée, observant la prêtresse avec un regard légèrement fermé, non pas fatigué, mais calme et serein :

Si vous affirmez ce que vous croyez avoir compris dans ce livre, vos croyants vous écouterons, et affirmeront vos dires. Maintenant, pourquoi vous ? Pourquoi vous ais-je choisis, plutôt qu'un autre ? Je n'ai pas plus lus votre Bible que celle des autres que j'ai accueillis, car un livre reste un livre. Songez à ce que j'ai découvert sur vous durant notre entretien, et vous pourrez aisément comprendre la raison de mon choix.

Il observa la tasse de thé de la prêtresse et ajouta :

Votre tasse va refroidir, attention. Vous devriez le boire, ne serait-ce que pour goûter : ce thé est excellent. J'en ais goûté des tonnes, mais c'est sans doute mon préféré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Sam 31 Oct - 20:17

Tête baissée pour pouvoir mieux se concentrer, Dentoria écouta le Roi des Démons. Et acquiesça légèrement à chaque fois qu'il terminait une phrase. Non pas par courtoisie, mais parce qu'elle le comprenait vraiment. L'influence des médias et de la religion. Tout... sur tout.

- Je comprend... je comprend parfaitement votre logique.

L'idée ne lui plaisait pas du tout. Elle qui faisait beaucoup pour que sa religion si spéciale s'incruste dans le cœur des habitants Kasekiens, qui cherchait à faire réfléchir les gens plutôt que leur imposer des principes, qui prônait le libre arbitre des idées concernant son propre Dieu... Voilà qu'on lui demandait de faire un pas en arrière dans l'évolution, de revenir dans le classique racontar d'histoire à dormir debout.
A croire que Jad était resté un siècle en arrière, au temps où la religion était le centre du monde...


- Par contre, comme j'ignore si vous nous observez... laissez moi vous parler chiffre.

Comme il lui avait prié quelques secondes plus tôt, Dentoria prit sa tasse de thé dans les mains avant de continuer. Ça allait être long et compliqué...

- Sur l'île, environ trois cent mille habitants sont des croyants, envers un Dieu quelconque. Deux cent mille sont pratiquants de ma religion officielle, cent cinquante mille sont prêt à croire les yeux fermés ce que déclare leurs Prêtres, et trente mille écoutent ce qu'explique une Sœur, Prêtresse si vous préférez. Je ne connais pas ces trente mille personnes, mais admettons...

Quelques fois, elle se retrouvait malgré elle au milieu d'une cérémonie. Son rôle était très spécial, indéfini, inutile... La plupart du temps, elle ne s'occupait que des préparatifs, avec l'aide du grand public. Sa seule autre activité était l'initiation, apprendre aux jeunes et aux futurs mariés... A ces seuls moment, elle pouvait leur parler de religion, et pourrait leur parler plus tard des Démons face à la religion.
La plupart des gens prennent les Démons pour des créatures fantastiques, d'autres utilisent ce mot pour désigner tout ce qui n'est pas pur... Dentoria déclarait pouvoir tous les convertir à la nouvelle idée, mais en vérité, seul le dixième pourrait vraiment la comprendre.

Elle rougit légèrement, se préparant à parler de ce dont elle était le plus honteuse au monde...


- Rajoutons, les... deux personnes à qui j'attache le plus d'importance, provenant de ma seconde religion, qui aurait droit de lire le livre et de choisir d'y adhérer ou non. Dans le doute, ils seraient aussi facilement convaincu que moi.

En vérité, ses acolytes seraient convaincues toutes les deux. Aucun doute là dessus. Mais, deux personnes comparé à toute une ville...

- Alors... Trente mille deux humains sur plus d'un million, penseraient à partir de maintenant que les Démons sont injustement traités comme des ennemis monstrueux. Ça vous suffit... ?

Pour peu qu'un autre Prêtre passa derrière elle pendant son discours sur les Démons, il la bannirait et reconvaincrait ensuite ses auditeurs en déclarant solennellement que Sœur Cyliss n'était qu'une folle. Elle risquait gros... mais peut-être pour la bonne cause. En attendant sa réponse, elle le dévisagea à nouveau, posa la tasse de thé contre ses propres lèvres et but une gorgée de thé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Sam 14 Nov - 22:14

Le démon souriait en voyant que la prêtresse comprenait ce qu'il disait. Il buvait tranquillement de son thé, alors qu'elle voulait lui parler de chiffres. Jad haussa un sourcil, s'installa confortablement dans son fauteuil après avoir poser sa tasse, croisant les doigts et les jambes. Il observait Dentoria avec un air intrigué, se demandant ce qu'elle allait lui dire.

Il se frotta doucement le menton, cherchant à comprendre où elle voulait en venir. Elle avait beaucoup de mal à comprendre où elle voulait en venir, jusqu'à ce qu'elle finit par le dire. Il attendit un instant, souriant doucement, avant de lui répondre :


Vous êtes encore sceptique, n'est-ce pas ? Je dois avouer que, en prenant en compte les chiffres, cela reste une grande... très grande utopie de ma part. Mais laissez moi vous répliquer ceci :

Il réarrangea rapidement sa coiffure, avant de lui parler :

Le catholicisme, l'un des plus grande religion à l'heure actuelle, a établis sa "puissance" en retravaillant les rites païens pour qu'ils deviennent des fêtes monothéistes. C'est ainsi qu'elle a établis sa force, et qu'elle s'est imposée. Cela parce que l'homme comprends que les chiffres ne représentent que peu de choses.

Reprenant sa tasse, il poursuivit :

Admettons : trente-mille deux personnes sur un million qui croiront se qui se trouve dans ce livre, et vous croit également... Peu à peu, la pensée se propagera, doucement, arrivant aux oreilles de certains prêtres et croyants d'autres religions. Comme elles verront que cette "croyance" leur offrent plus d'explications que ce qu'ils savent à l'heure actuelle, ils vont se jeter dessus comme des loups affamés, et en faire leur.

Il but une gorgée de thé et répondit finalement :

Oui, trente-mille deux personnes sur un million me suffit amplement. Pour le reste, les gens croiront ce qu'ils veulent, je veux juste que tous aient l'occasion de pouvoir comprendre qui nous sommes. Qu'ils pensent que nous soyons des monstres plus vils qu'ils ne le pensaient, ou qu'au contraire, nous sommes de pauvres bougres qui méritons le "respect", cela ne m'intéresse pas.

Il regarda la prêtresse, et lui demanda, avec un grand sourire :

Avez-vous d'autres question, mademoiselle Cyliss ?

Comment savait-il son nom ? Mystère du privilégié, qui avait des espions et des informateurs un peu partout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Lun 30 Nov - 1:26

Dès l'instant où le Roi des Démons lui reparla des religions humaines, Dentoria prit un air ébahi. Comme diable était-ce possible qu'un non humain en sache autant... ? La différence entre les deux races se creusait-elle ainsi, grâce à l'expérience et la connaissance ? Il est vrai qu'on affirme qu'il faut connaître son adversaire avant de l'affronter, et depuis toujours, les hommes et les femmes n'ont jamais eu d'autres informations que : 'Les Démons font le mal, sont le mal'.
Du coup, pas étonnant que de tels créatures puissent venir à bout de la Terre entière.

Dentoria jeta un nouveau coup d'œil vers la couverture du livre. Il renfermait toutes les informations sur eux. Avec cet objet en sa possession... l'écart pourrait diminuer, même très fortement. Plus que de simples feuilles reliées, ces pages pourraient peut-être les sauver. Comprend tes ennemis avant de t'en faire des ennemis... et pourquoi pas ?

Et maintenant que Jad savait à quoi s'en tenir, et que Dentoria lui avait posé tout les problèmes qui lui passait par la tête, plus rien ne pouvait les retenir.


- Aucune autre question, cher Roi.

La jeune femme ferma les yeux, et le salua en inclinant légèrement la tête vers l'avant. Elle reposa ensuite sa tasse vide sur la table, puis croisa les bras.

- Qu'importe de toute façon, c'est vous qui voyez. Vous avez encore beaucoup de temps devant vous...

Pour un tel changement de comportement chez les humains, il faudrait attendre au minimum une génération complète. La plupart des adultes ne possèdent pas ce comportement modulable, ne laissent pas de nouvelles idées embrouiller leur esprit. Pour les enfants, ce serait sans doute une belle histoire à raconter... et ainsi pourrait prospérer le changement.
D'après la Prêtresse, cela prendra bien plus de temps, la religion ayant tendance à ne plus trop être prise au sérieux... tant que rien ne se passe. La vie est belle, l'île est paisible, les gens n'ont plus vraiment besoin du soutient d'une entité supérieur. Et pourtant... Dieu existe et existera toujours, tout comme les Démons. A elle de réussir à convaincre les autres... Qui pourrait lui reprocher ?

La jeune femme se releva, passa ses mains dans ses cheveux pour les recoiffer vers l'arrière, puis fixa Jad à nouveau.


- Je me doute que je ne connaitrais pas le fin mot de l'histoire. En espérant que tout ces événements ne causent pas notre perte...

Personne ne lui avait encore parlé de sortir de cet endroit ce soir ou dans les jours suivants. Même si à priori, la jeune femme allait s'en tirer, rien n'indiquait la façon ni l'état. Évidement, si ces hôtes n'étaient pas corrects avec elle, il lui serait difficile d'en dire autre chose que du mal... Mais en seulement quelques heures de discussion, Dentoria ne prétendait pas les comprendre. Qui sait ce que ces créatures étaient capable de faire... ?
Le cœur de la Prêtresse se mit à battre un peu plus rapidement, comprenant que la réponse allait bientôt être dévoilée. Elle restait confiante... mais un peu hésitante. Elle resta donc plantée debout, attendant que la Roi reprenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Jad Kyotsuke
Roi des Démons
avatar

Sexualité inconnue
Situation familiale inconnue

Messages : 111
Armes : Rarement équipé de ses deux épées
Pouvoirs : Attiser la haine

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Jeu 3 Déc - 10:11

Jad affichait son sourire habituel, tel un mystérieux magicien qui allait disparaître d'un instant à l'autre. Il acquiesça doucement lorsque Dentoria inclina la tête, puis finit également sa tasse. Il remarqua le regard prolongé sur le livre, et ne put s'empêcher de sourire doucement, attendrit par l'espoir qui se lisait dans les yeux de la demoiselle. Sa remarque suivante arracha un léger rire enfantin au roi, qui ajouta :

Je dois l'avouer... j'ai le temps. Aussi longtemps qu'aucun autre démon ne prend ma place, je présume.

Un long silence s'imposa, et finalement Dentoria ajouta une petite phrase qui laissa le démon dans un courte réflexion. Il sourit doucement et haussa les épaules :

Qui sait ce que l'avenir vous réserve, jeune prêtresse. Après tout, rien n'est plus incertain que le destin qui vous entoure, vous, les êtres humains. Alors, pourquoi un miracle ne se produirait-il pas ? Enfin bon, d'ici là...

Le Roi des démons se leva doucement et appuya sur un bouton, faisant entrer une des servantes qui s'avança doucement vers lui, les mains croisée devant son tablier. Il fit le tour de son bureau et tendit sa main vers Dentoria pour la faire se lever. Un vrai gentleman, comme on en rencontrait peu chez les humains, plus rependus chez les démons supérieurs qu'on aurait pus le croire.

Il vous faudra vous reposer : je pense que votre coeur... qui semble bien agité, a vécu assez d'émotion pour ce soir. Ange va vous raccompagner jusqu'à chez vous, avec deux de mes gardes du corps. Je sais que cela vous sera dur, mais rassurez-vous : s'ils vous font le moindre mal... il en subiront les conséquences...

Ses yeux sombres fixèrent les deux gros bras qui se trouvaient dans l'encadrement de la porte, et qui frissonnèrent légèrement aux paroles du roi. Retournant ses yeux vers celles de la prêtresse, il s'inclina et ajouta :

Je vous souhaite une douce nuit, prêtresse, et j'espère avoir le plaisir de vous revoir assez vite. Votre conversation à tout ce qu'il y a de divertissant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dentoria Cyliss
Prêtresse du Cylissisme
avatar

Sexualité inconnue
Célibataire

Messages : 118
Armes : Aucune
Pouvoirs : Sanctification

MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   Sam 12 Déc - 22:27

Comme il le faisait remarquait, le cœur de Dentoria s'agitait peu à peu. L'excitation la prenait, parce qu'enfin, elle pourrait se sortir de ce pétrin. Rapidement, la jeune femme se sentit pleine d'énergie, retrouvant presque sa joie. De vivre, en tout cas.
Lorsqu'enfin, il lui souhaita bonne nuit, elle ne put s'empêcher d'expirer avec force tout cet air qui était resté comprimé si longtemps dans ses poumons... Elle retrouvait sa liberté en quelque sorte. Elle ferma les yeux, posa ses mains sur sa poitrine, respira une nouvelle fois une bonne bouffée d'air frai, et sourit.


- Merci... je ne sais pas de quoi je dois être fière dans cette histoire, mais merci. J'espère qu'après avoir lu... ceci... j'y verrais aussi clair que vous.

Rouvrant ses yeux au monde, la femme toute vêtue de blanc n'hésita pas longtemps avant de s'emparer enfin du livre, trésor des Démons, en prenant soin de le garder fixement entre ses mains tel un objet plus précieux que sa propre vie.
La couverture était toujours incompréhensiblement envoutante. Elle chatouillait la Prêtresse d'envie, une sensation peu agréable... mais attirante. Ce n'est qu'au bout d'une minute qu'elle réussit à s'en défaire, et reporta sans attention sur les personnes présentes dans la pièce. Posant le livre contre sa poitrine, à folle allure et avec soulagement, elle déclara ces quelques derniers mots.


- Que Dieu vous g... oublie, vous et votre fille.

Tout autant que son Dieu, Dentoria aussi préférerait oublier cet être et cette journée... Elle ne trouvait rien de plaisant à stresser, à paniquer, et à souffrir le martyr, le tout en même temps... elle s'en serait d'ailleurs passée. Reste que tout ceci lui procurait maintenant paix intérieur, et que cette sensation la valait tout l'or du monde...
La Prêtresse se pencha aussi respectueusement qu'il l'avait fait quelques secondes plus tôt, puis sans un nouveau regard, elle suivit la servante du Roi des Démons qui la mènerait... bien quelque part. Son image disparut bientôt dans la ténébreuse pièce à côté, et la porte se referma lentement.

Alors... Pourquoi était-elle venue... ?
Elle ne le comprenait toujours pas. Mais le principal : elle s'en sortait vivante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaseki.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi suis-je venue... ? [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Suis-je si seule dans ce si beau musée ? [Livre I - Terminé]
» Je suis Miyake Kamikage! (terminé)
» Pourquoi dois-je souffrir ? Pourquoi suis-je condamnée ?
» Pourquoi suis-je revenu au forum?
» Hurler à la lune pour trouver qui je suis - Hayley Marshall [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île Kaseki :: Aux Abords de la Ville :: La Ville Souterraine :: Ruines-
Sauter vers: